INTERNATIONAL

Interpellation à Aulnay-sous-Bois: information judiciaire pour violences

Paris (AFP) – Le parquet de Bobigny a annoncé dimanche l’ouverture d’une information judiciaire pour violences volontaires avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique, après l’interpellation au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a été blessé jeudi à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Quatre policiers, au départ accusés de viols en réunion, seront présentés « dans la journée » à un juge d’instruction, a ajouté le parquet. Ils sont soupçonnés d’avoir donné de violents coups de matraque à ce jeune homme, gravement blessé au niveau de la zone rectale et toujours hospitalisé dimanche.

Le parquet a requis le placement sous contrôle judiciaire des fonctionnaires, qui sont en garde à vue depuis jeudi soir dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). 

Jeudi, vers 17H00, ce jeune Aulnaysien a fait l’objet d’une « interpellation musclée » au cœur de la cité des 3.000, après qu’une opération de « contrôle » a dégénéré, selon une source proche de l’enquête.

La scène, filmée par la vidéosurveillance de la police municipale et des témoins, montre notamment un policier « porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses » du jeune homme, après que son « pantalon a glissé tout seul », selon cette même source, expliquant ainsi la requalification des accusations de « viol » en « violences volontaires ». 

Le jeune homme a de son côté déclaré que l’un des policiers lui aurait introduit volontairement sa matraque dans l’anus.

Lors de son hospitalisation jeudi à l’hôpital Robert Ballanger d’Aulnay, un médecin a diagnostiqué « une plaie longitudinale du canal anal » et une « section du muscle sphinctérien », et lui a prescrit 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT), selon la source proche de l’enquête. Il a dû subir une intervention chirurgicale. 

Samedi soir, vers 21H00, des incidents ont éclaté dans la cité des 3.000 où une voiture a été incendiée et une tentative d’incendie constatée sur un bus. Des abribus ont également été cassés, et le quartier plongé dans l’obscurité après le sabotage de l’éclairage public, a constaté une journaliste de l’AFP. Le calme est revenu vers 23H00.

Vue extérieure en date du 15 février 2016 du palais de justice de  Bobigny. © AFP

© AFP/Archives BERTRAND GUAY
Vue extérieure en date du 15 février 2016 du palais de justice de Bobigny

Article précedent

Branché, le vélo partagé 2.0 conquiert la Chine

Article suivant

Turquie: arrestation d'environ 400 membres présumés de l'EI

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Interpellation à Aulnay-sous-Bois: information judiciaire pour violences