EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

iPhone : on a laissé le ver entrer dans notre pomme – Edito 07/10/2020

Mardi prochain, le 13 octobre, Apple tiendra une de ses « Keynote » » . C’est une conférence lors de laquelle il est question de présenter de nouveaux produits. D’habitude cela se fait devant tout le gratin de la presse spécialisée mondiale, mais depuis les débuts de la pandémie de Covid-19 tout se fait 100% en ligne. Il est question pour la firme à la Pomme de présenter entre autres son nouvel iPhone 12, potentiellement en plusieurs déclinaisons.

Dans une monde normal on aurait pu se dire que c’est très bien pour eux mais de là à en parler dans un édito ce n’était peut-être pas la peine ? Le prochain ce sera sur quoi ? La sortie d’un nouvel autocuiseur multifonctions chez Moulinex ? Et bien vous savez quoi ? Si comme Apple en cette année 2020 ils en avaient vendu plus de 2 milliards d’exemplaires en 13 ans, que ce faisant ils avaient bouleversé les usages que nous avions d’un simple téléphone devenu smartphone par où notre vie entière passe, alors peut-être.

Quand on me rapporte que des petites filles de pure souche polynésienne de 8 ou 10 ans réclament à corps et à cris des iPhone à leurs parents qui ont déjà du mal à boucler les fins de mois avec un smic et demi dans le meilleur des cas, cela laisse songeur. D’autant plus quand ces derniers pour valoriser le bon travail fourni à l’école par leurs petites princesses se privent pour leur offrir le graal électronique version reconditionnée A++. D’ailleurs la démocratisation localement et même en grande surface de cette vente de produits de seconde main est un indice supplémentaire que les protagonistes de mon exemple sont loin d’être les seuls dans ce cas.

Outre les premiers dangers auxquels on pourrait penser quand il s’agit pour des enfants de devenir du jour au lendemain des ultra connectés, dans le genre accès à des contenus réservés aux adultes ou mauvaises rencontres avec des personnes qui mentent à propos de leur réelle identité, il y en a un autre qui prend de plus en plus d’ampleur, et il devient inquiétant.

La nomophobie ça vous parle ? Il s’agit d’un trouble caractérisé par une peur excessive d’être séparé de son téléphone portable. On commence à peine à s’y intéresser et un des premiers résultats d’études cliniques publié le mois dernier fait froid dans le dos. En gros, plus on utilise son smartphone, et d’autant plus lorsque l’on commence tout jeune, et plus l’on va développer des comportements anxieux lorsque l’on en est séparé. C’est ainsi la fameuse génération Z, ceux nés en 1995 et au-delà, qui vont être enclins à développer en cascade divers comportements obsessionnels et autres troubles du sommeil, le tout pouvant avoir des répercussions sur tous les autres aspects de la vie.

Alors oui à la glorification de la technologie et du confort qu’elle nous offre, mais toutes proportions gardées. Quand je pense que certains après l’annonce d’Apple, pour se payer l’iPhone 12 vont, ne serait-ce que l’espace d’un instant, envisager de manger SAO pâté / Milo pour la prochaine décennie, – oui il y en aura – effectivement y’a un petit souci …

Article précedent

La revue de presque de Nicolas Canteloup d'Europe 1 - L'intégrale du 7/10/2020

Article suivant

Le marché de Papeete voit la vie en rose

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

iPhone : on a laissé le ver entrer dans notre pomme – Edito 07/10/2020