INTERNATIONAL

Irak: l'armée face à une résistance de l'EI à Fallouja

Bagdad (AFP) – Les forces irakiennes faisaient face mardi à une forte résistance du groupe jihadiste Etat islamique (EI) dans leur avancée vers le centre de la ville de Fallouja. 

Le sort des dizaines de milliers de civils bloqués dans la ville suscite de vives inquiétudes.

Soutenues par l’aviation de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis et conduites par l’unité d’élite irakienne de contreterrorisme, les forces gouvernementales sont entrées lundi dans Fallouja, au 8e jour de leur offensive pour chasser l’EI de cette ville située à 50 km à l’ouest de Bagdad.

Mais selon les experts, la bataille s’annonce longue et difficile, le groupe extrémiste étant bien ancré à Fallouja depuis la conquête en janvier 2014 de cette villequi est un des deux principaux fiefs jihadistes en Irak avec Mossoul (nord).

Après être entrées dans Fallouja à partir de trois axes, les forces irakiennes ont réalisé leur progrès le plus significatif du côté sud où elles ont atteint la banlieue de Naimiyah.

Selon le général Abdelwahab al-Saadi, commandant de l’opération militaire, « environ 100 jihadistes lourdement armés » ont lancé mardi une contre-attaque majeure dans ce secteur. Mais les forces irakiennes ont réussi à les repousser, tuant 75 jihadistes, a-t-il dit.

Ce chiffre n’a pu être confirmé et le commandant irakien n’a pas fourni de bilan de victimes éventuelles du côté gouvernemental.

Le conseiller provincial Rajeh Barakat a affirmé que les forces irakiennes avaient réussi à poursuivre leur progression après la contre-attaque jihadiste « repoussée avec le soutien aérien de la coalition internationale et de l’aviation irakienne ».

– ‘Catastrophe humanitaire’ –

Les forces irakiennes, avec l’aide de conseillers militaires américains, préparaient depuis des mois la bataille de Fallouja, prise par les jihadistes cinq mois avant l’offensive fulgurante qui leur a permis en juin 2014 de s’emparer d’autres régions du pays dont Mossoul. Elles ont progressivement assiégé la ville.

Un habitant, contacté par téléphone par l’AFP, a déclaré que les résidents avaient hâte que les forces irakiennes reprennent la ville mais qu’ils craignaient la réaction des jihadistes en cas de défaite, alors que le groupe extrémiste est responsable d’exactions terribles.

« La façon avec laquelle ils traitent les habitants empire de jour en jour (…) Les jihadistes sont en colère car les gens ne les soutiennent pas, ils insultent les gens dans la rue en criant par exemple ‘Vous êtes des lâches, vous n’êtes pas avec nous!' », a raconté cet habitant, se présentant comme Abou Mohammed al-Doulaimi.

Il affirme que la situation des habitants, coincés entre bombardements gouvernementaux et jihadistes assiégés sur la défensive, n’a jamais été aussi mauvaise. « Hier (lundi), (les jihadistes) ont arrêté une centaine de jeunes hommes qu’ils ont emmenés vers un lieu inconnu », a-t-il dit.

Depuis le début le début le 23 mai de l’offensive pour reconquérir Fallouja, des milliers de civils ont réussi à fuir les secteurs périphériques. Mais quelque 50.000 se trouvent toujours dans le centre de la ville.

Selon le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), Jan Egeland, « une catastrophe humanitaire est en train de se produire à Fallouja, des familles sont prises au piège entre les belligérants sans possibilité de sortir en sécurité ».

Dans un communiqué, il a renouvelé son appel à mettre en place des couloirs d’évacuation sécurisés pour les civils « avant qu’il ne soit trop tard ».

« Depuis neuf jours, nous avons entendu parler d’une seule famille parvenue à s’échapper de l’intérieur de la ville », a-t-il affirmé.

– 23 civils tués à Idleb –

L’EI est sous forte pression militaire depuis quelques semaines avec une autre offensive menée par les forces kurdes irakiennes qui ont progressé à l’est de la ville de Mossoul, la capitale de facto des jihadistes en Irak.

De l’autre côté de la frontière, en Syrie, le groupe jihadiste est aussi la cible d’une offensive majeure des forces arabo-kurdes syriennes dans le nord de la province de Raqa (nord), qui progressent lentement après avoir repris une dizaine de villages.

La province de Raqa est contrôlée en grande partie par l’EI.

En riposte à cette offensive, l’EI a lancé un assaut contre les rebelles dans la province limitrophe d’Alep, menaçant des dizaines de milliers de déplacés qui sont pris au piège des combats.

Et dans la ville syrienne d’Idleb (nord-ouest) contrôlée par les jihadistes d’Al-Qaïda et des rebelles, au moins 23 civils ont été tués et des dizaines blessés lundi dans des raids russes, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

La guerre en Syrie dans laquelle sont impliqués régime, rebelles, jihadistes et des acteurs régionaux et internationaux a coûté la vie à plus de 280.000 personnes depuis 2011 et poussé à la fuite des millions de personnes, provoquant une crise humanitaire majeure.

Des forces irakiennes avancent près du village d'al-Sejar au nord-est de Falloujah le 26 mai 2016. © AFP

© AFP/Archives AHMAD AL-RUBAYE
Des forces irakiennes avancent près du village d’al-Sejar au nord-est de Falloujah le 26 mai 2016

Article précedent

Ouverture du procès de Messi pour fraude fiscale en son absence

Article suivant

La CGT va "porter plainte pour diffamation" contre Pierre Gattaz

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Irak: l'armée face à une résistance de l'EI à Fallouja