INTERNATIONAL

Israël: les chances de survie de Shimon Peres sont "plutôt bonnes"

Ramat Gan (Israël) (AFP) – Le médecin personnel de Shimon Peres a indiqué mercredi que l’ancien président israélien et prix Nobel de la paix était dans un état critique mais que ses chances de survie étaient « plutôt bonnes » après l’accident vasculaire cérébral majeur dont il a été victime.

« Il est dans un état critique mais stable », a dit Raphy Walden à des journalistes par téléphone. « Les chances de survie sont plutôt bonnes », a dit M. Walden, qui est aussi le gendre de M. Peres.

Les praticiens ont conservé le silence sur le pronostic alors que le pays tremble pour le dernier des pères fondateurs de l’Etat d’Israël encore en vie, qui est aussi l’un des grands artisans des accords d’Oslo synonymes d’espoir de paix avec les Palestiniens, mais aujourd’hui mal en point.

Au coeur des grandes batailles de la courte histoire d’Israël et des farouches controverses d’un monde politique souvent féroce, M. Peres est devenu une personnalité consensuelle, considérée comme un sage de la nation, et son hospitalisation a causé un choc, bien qu’il s’agisse de la troisième en 2016.

Mardi, M. Peres a subi un accident vasculaire cérébral majeur, accompagné d’un saignement, selon le professeur Kreiss. Après son admission dans le plus grand établissement hospitalier du pays, il a été placé sous sédatifs et sous respirateur artificiel aux soins intensifs. Les médecins ont décidé de ne pas l’opérer pour le moment.

– ‘Décisions difficiles’ –

L’hémisphère droit du cerveau a été endommagé, a indiqué au quotidien Haaretz le chef de l’unité spécialisée de Tel-Hashomer, David Orion. Mais « ces dommages ne sont pas le principal problème actuellement. Nous travaillons à faire en sorte que sa vie ne soit pas menacée ».

« Je reste optimiste mais nous vivons des heures difficiles », a dit son fils, Chemi Peres, devant l’hôpital. « Nous allons apparemment être appelés à prendre des décisions difficiles par la suite », a-t-il poursuivi sans préciser son propos.

Les proches de M. Peres reçoivent des messages de soutien du monde entier. « Je veux dire à tous que rien n’était plus important pour mon père qu’Israël et son peuple. Mon père est un être unique. Je prie pour lui et je demande à tous ceux qui prient de continuer à prier avec nous », a ajouté Chemi Peres.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rapidement réagi à la nouvelle de l’hospitalisation, survenue le jour anniversaire de la signature à Washington en 1993 des premiers accords d’Oslo.

– ‘Tout le peuple espère’ –

« Je souhaite à l’ancien président une guérison rapide. Shimon, nous t’aimons et tout le peuple espère ta guérison », a écrit M. Netanyahu sur sa page Facebook.

Reuven Rivlin, qui a succédé à M. Peres à la présidence en 2014, a dit prier « avec le peuple tout entier pour le rétablissement de mon ami Shimon ».

M. Peres avait connu en janvier deux alertes cardiaques en dix jours. Il avait été hospitalisé le 14 janvier après un accident cardiaque qualifié de mineur, qui avait requis la pose d’un cathéter pour élargir une artère. Il était ressorti de l’hôpital au bout de cinq jours. Mais il y était retourné en raison d’une arythmie.

Pour son rôle dans les accords d’Oslo, Shimon Peres a reçu le prix Nobel de la paix en 1994, avec l’ex-Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, assassiné en 1995, et l’ex-président palestinien Yasser Arafat mort en 2004.

« Mes pensées et mes prières vont au président Shimon Peres et à son rétablissement. Un patriarche de la paix et du progrès », a twitté l’envoyé spécial de l’ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov.

M. Peres a été deux fois Premier ministre entre 1984 et 1986 et en 1995-96, puis président de 2007 à 2014. Présent sur la scène politique depuis la création d’Israël en 1948, il a exercé quasiment tous les postes à responsabilité.

A 93 ans, il est resté actif à travers son Centre Peres pour la paix, qui promeut la coexistence entre juifs et Arabes.

Son hospitalisation survient à un moment où les perspectives de règlement du conflit israélo-palestinien ont rarement été plus sombres et où l’idée selon laquelle les accords d’Oslo sont morts gagne du terrain.

Shimon Peres le 9 mai 2016 à Herzlyia près de Tel Aviv. © AFP

© AFP/Archives AHMAD GHARABLI
Shimon Peres le 9 mai 2016 à Herzlyia près de Tel Aviv

Article précedent

Dans une messe à la mémoire du père Hamel, le pape dénonce un assassinat "satanique"

Article suivant

L'UEFA ouvre à Athènes l'ère post-Platini qui a "la conscience tranquille"

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Israël: les chances de survie de Shimon Peres sont "plutôt bonnes"