INTERNATIONAL

Jacqueline Sauvage veut « remercier la France et François Hollande »

Paris (AFP) – Désormais libre après la grâce présidentielle, Jacqueline Sauvage a deux priorités: « se recueillir sur la tombe de son fils » et « remercier la France et François Hollande », a déclaré l’une de ses avocates à l’AFP jeudi.

« Je l’ai eue hier (mercredi) soir tard, on n’a pas vraiment parlé, c’était plutôt des cris de joie, des pleurs de joie », a confié Me Nathalie Tomasini.

« C’était une libération viscérale, elle attendait ça depuis tellement longtemps », a ajouté l’avocate. 

Libérée mercredi de la prison de Réau en Seine-et-Marne, au lendemain de son 69e anniversaire, Jacqueline Sauvage aura passé quatre ans en prison pour le meurtre de son mari violent.

Pour les jours à venir, elle « n’a pas de projet concret. Pour le moment, elle va rester en famille et elle veut se recueillir sur la tombe de son fils », a indiqué Me Tomasini.

Lui aussi victime, comme sa mère et ses sœurs, des agissements de son père, il s’était suicidé la veille de ce 10 septembre 2012 où Jacqueline Sauvage a tué son mari de trois balles dans le dos. Un meurtre qui lui a valu d’être condamnée à dix ans de réclusion criminelle en 2014, une peine confirmée un an plus tard en appel.

Jacqueline Sauvage devrait s’exprimer « dans les prochains jours, elle entend remercier la France et François Hollande », a poursuivi son avocate pour qui le combat judiciaire est désormais « terminé ». 

Maintenant, « il faut qu’elle vive en paix » et que « l’acharnement médiatico-judiciaire cesse », a-t-elle dit.

Le comité de soutien « va se dissoudre aussi vite qu’il s’est formé et chacun va retourner à ses activités », a déclaré pour sa part à l’AFP la comédienne Eva Darlan, sa présidente.

« La nouvelle vie de Jacqueline Sauvage ne concerne qu’elle et sa famille », a-t-elle insisté. 

Pour autant, le combat n’est pas terminé pour la comédienne qui propose de faire « de la cause des violences faites aux femmes une grande cause nationale ».

Tout en saluant le « très beau geste » de François Hollande, Eva Darlan estime qu’il « faut aller plus loin » dans la protection des femmes.

Les deux avocates de Jacqueline Sauvage  Janine Bonaggiunta (g) et Nathalie Tomasini (d), lors d'une conférence de presse le . © AFP

© AFP/Archives ALAIN JOCARD
Les deux avocates de Jacqueline Sauvage Janine Bonaggiunta (g) et Nathalie Tomasini (d), lors d’une conférence de presse le

Article précedent

La pollution de l'air va s'aggraver vendredi en Ile-de-France

Article suivant

Nigeria: "Nous n'avons été chassés de nulle part", affirme le chef de Boko Haram

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Jacqueline Sauvage veut « remercier la France et François Hollande »