ACTUS LOCALESPEOPLE

« J’adore la Polynésie, j’adore Tahiti »

© Karim Mahdjouba / Radio 1

© Karim Mahdjouba / Radio 1

À quelques heures de son concert événement place To’ata, la star du rock français, Johnny Hallyday, s’est prêtée à une conférence de presse à l’hôtel Intercontinental. Simple et décontractée, la star a exprimé son bonheur d’être de retour au fenua après tant d’années.

C’est un Johnny Hallyday pas vraiment stressé et même très décontracté qui s’est présenté devant la presse dans le calme de la salle Pitate de l’Intercontinental. Après près de deux semaines passées sur le fenua et un aller-retour à Nouméa pour son concert, la star du rock s’est dite extrêmement heureuse de pouvoir retrouver la Polynésie. Sa dernière venue date des années 70. Et Johnny Hallyday en avait gardé un très bon souvenir. Le rockeur avoue même que depuis toutes ces années, il attendait avec impatience le moment de revenir sur le fenua.

[zoomsounds_player source= »https://www.radio1.pf/cms/wp-content/uploads/2016/05/JH-01.mp3″ config= »default » playerid= »209221″ waveformbg= » » waveformprog= » » thumb= »https://www.radio1.pf/cms/wp-content/uploads/2016/05/Johnny-Hallyday-03.jpg » autoplay= »off » cue= »on » enable_likes= »off » enable_views= »off » songname= » » artistname= » »]

Le rockeur garde également un excellent souvenir du public des années 70. La particularité de jouer dans un lieu aussi paradisiaque a une saveur particulière pour Johnny Hallyday qui espère que la même ambiance régnera mercredi soir !

[zoomsounds_player source= »https://www.radio1.pf/cms/wp-content/uploads/2016/05/JH-02.mp3″ config= »default » playerid= »209222″ waveformbg= » » waveformprog= » » thumb= »https://www.radio1.pf/cms/wp-content/uploads/2016/05/Johnny-Hallyday-03.jpg » autoplay= »off » cue= »on » enable_likes= »off » enable_views= »off » songname= » » artistname= » »]

Article précedent

L'adolescent disparu en paddle retrouvé noyé

Article suivant

L'étincelle Tikahiri !

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

« J’adore la Polynésie, j’adore Tahiti »