EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Je procrastine, tu procrastisnes, il procrastine, nous procrastinons … – Edito 14/01/2019

Finie la torpeur des vacances, retour au train-train avec pour une bonne partie d’entre nous son lot de bonnes résolutions à l’aube de cette nouvelle année. Malheureusement dans une majorité de cas celles-ci ne tiendront pas sur la durée mais le principal n’est-il pas d’essayer ? Le plus important n’est-il pas de faire de temps en temps son autocritique, son bilan personnel et identifier ce qui cloche ? C’est déjà semble-t-il un premier pas vers le succès même si on tend vers son but en procrastinant de temps en temps.

C’est bien là le nœud du problème pour plein de gens, et je sais de quoi je parle, la procrastination. Derrière ce mot barbare se cache le fait de remettre à plus tard ce qui pourrait être fait sans délai, le jour même. On a le problème en tête, on connaît la solution, on est en moyen de la mettre en œuvre et de résoudre définitivement ce qui peut l’être, mais on ne le fait pas. Ainsi en toute connaissance de cause l’on s’enferme dans une espèce de boucle de la « loose » où l’on ne fait que repousser des échéances qui finissent indéniablement par nous dépasser, voire nous mettre potentiellement en danger. Le pire là-dedans, j’y reviens, c’est d’en avoir pleine conscience, on est ainsi à la fois l’acteur et le spectateur, le bourreau et la victime, d’un stress que l’on fomente et nourrit et qui nous ronge à petit feu. C’est comme si on mixait une certaine forme de paresse et la politique de l’autruche, un tout que l’on ferait carburer aux peurs irrationnelles. C’est parfois à se demander s’il n’y aurait pas ici des errements qui pourraient se justifier par une quelconque pathologie mentale. Pourtant j’ai pu lire que ce ne serait pas le cas, ce serait davantage lié à une gestion bancale des émotions.

Vous toussez, de plus en plus, beaucoup trop, vous savez que vous devriez arrêter de fumer, pourtant vous ne le faites pas ; vos vêtements sont de plus en plus serrés, vous ne bougez pas assez, vous vous alimentez mal, vous savez que vous devriez vous astreindre à une meilleure hygiène de vie, pourtant vous ne le faites pas ; vos factures en instance vous angoissent, vous laissez les dettes s’accumuler en espérant que comme par magie elles disparaissent d’elles-mêmes, vous savez que vous devriez être plus rigoureux dans la gestion de vos finances, et pourtant vous ne le faites pas non plus ; etc. etc. Savoir mais ne pas agir c’est de surcroit prendre le risque de finir par se murer dans une dépression chronique avec toutes les conséquences potentielles que l’on connait.

Alors la meilleure résolution à prendre pour cette nouvelle année, c’est prendre le taureau par les cornes, d’enfin affronter, d’enfin assumer, d’enfin réparer, vous-même mais aussi les autres que vous aurez entraîné dans les conséquences de votre propre déconnexion à vos responsabilités. Bref de vous respecter, tout simplement, de réellement commencer à vous aimer non pas pour ce que vous êtes aujourd’hui, mais pour ce que vous avez le potentiel de devenir.

Article précedent

Fritch va revaloriser le point d’indice des fonctionnaires

Article suivant

Recette du 14/01/2019 : Toast avocat et oeuf mollet

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Je procrastine, tu procrastisnes, il procrastine, nous procrastinons … – Edito 14/01/2019