INTERNATIONALJO-2016

JO-2016: Après un mardi ensoleillé par cinq médailles, la pluie revient sur les Bleus

Rio de Janeiro (AFP) – Après un mardi ensoleillé par cinq médailles, la France espérait surfer vers d’autres succès mercredi aux Jeux de Rio, mais c’est une sale journée qui se profilait à la mi-journée, avec des éliminations en série, sous la pluie et le vent cariocas.

Triple championne du monde et quintuple championne d’Europe, Gévrise Emane semblait capable d’imiter l’argent de Clarisse Agbegnenou mardi. Mais la judoka de 34 ans s’est faite surprendre par la Britannique Sally Conway, dès les huitièmes.

Sur le tatami bleu, Alexandre Iddir est donc seul encore en lice pour rêver à une médaille. Mais ce sera au mieux du bronze, après une défaite en quarts, à condition de sortir des repêchages.

Au total, une cinquantaine de médailles étaient au programme mercredi. Et le plus souvent les Français n’étaient que spectateurs, comme au contre-la-montre cycliste sur route, avec un triplé et un doublé pour les vainqueurs du jour, deux vétérans qui défient le poids des années.

Triplé donc, pour l’Américaine Kristin Armstrong, 42 ans, après ses titres olympiques de 2008 à Pékin et de Londres en 2012. Et doublé pour le Suisse Fabian Cancellara, alias « Spartacus », 35 ans, déjà vainqueur à Pékin en 2008.

Le Britannique Chris Froome, grand favori après sa troisième victoire dans le Tour de France, a seulement terminé troisième, comme à Londres, derrière le Néerlandais Tom Dumoulin cette fois.

– Les Blacks pour les Bleus ? –

Pour une éventuelle médaille française, il faudra plutôt aller vers le torrent artificiel de Deodoro, au kayak slalom. Là c’est Sébastien Combot qui tentera de répliquer l’exploit de Denis Gargaud mardi en canoë. De bon augure peut-être: c’est au Brésil, en 2007, que le Breton avait décroché son premier titre mondial.

Du côté des sports collectifs, les médailles sont encore loin. Il faut d’abord penser à se qualifier pour les quarts de finale, comme ont su le faire les filles du foot mardi soir. Et donc à sortir des groupes.

Pour Terry Bouhraoua et le rugby à VII, la mission a été remplie, avec une victoire 26-5 contre l’Espagne. En quarts, à 17h30 locales (22h30 françaises), ils affronteront les Japonais, tombeurs surprise des All Blacks néo-zélandais dans leur groupe.

Les basketteurs de Tony Parker, eux visent la 3e place de leur groupe, histoire de s’assurer un quart de finale pas trop compliqué. Mais il leur faudra donc battre la Serbie, à 14h15 locales (19h15 françaises). 

Pour le reste de la journée, les podiums bleus seront très improbables, et notamment dans la piscine de Barra, en soirée, où les vedettes seront les fauves du 100 m, après les exploits de Michael Phelps et ses 20e et 21e médailles d’or mardi soir.

– Le Brésil tremble –

L’Australien Cameron McEvoy, l’Américain Nathan Adrian, tenant du titre: les deux favoris seront là, mais pas le champion du monde 2015, l’étonnant Chinois Ning Zetao, seulement 6e de sa demie mardi soir. Pour Adrian, l’objectif est simple: s’imposer, pour devenir le premier Américain à conserver son titre depuis 88 ans et un certain Tarzan, alias Johnny Weissmuller.

Les nageurs français seront eux absents de cette grande explication, encore occupés à régler leurs problèmes internes, comme l’ont démontré les déclarations incendiaires mardi entre les membres du relais 4 x 200 m.

Un travail de psychologue sera peut-être nécessaire aussi du côté du tennis, où des gamineries se sont ajoutées aux défaites de tous les leaders ou presque.

Après Tsonga et l’ensemble des doubles, qui ont tous pris la porte, c’est Benoît Paire qui s’est fait éjecter, par l’Italien Fognini. Avant de se faire exclure de l’équipe de France et du village olympique. Officiellement pour avoir « bafoué les règles ».

Mais Paire n’en avait visiblement que faire, se disant même « content » de quitter les Jeux…

Si une équipe par contre n’a pas envie de quitter les Jeux, c’est bien celle du Brésil, en foot, qui jouera à Salvador, à 22h00 (03h00 du matin jeudi en France), contre le Danemark.

Une défaite, voire même un nul dans certains cas, et la « Seleçao olimpica » serait éliminée au premier tour de la seule compétition qu’elle n’a jamais gagnée dans son histoire. Et c’est l’Irak qui pourrait se qualifier à sa place.

L’humiliation serait sans doute à la hauteur du 7-1 encaissé à domicile contre l’Allemagne, en demi-finale de « son » Mondial-2014.

Une spectatrice observe un court de tennis sous la pluie aux JO de Rio, le 10 août 2016. © AFP

© AFP Luis Acosta
Une spectatrice observe un court de tennis sous la pluie aux JO de Rio, le 10 août 2016

Article précedent

Brésil: seul un "miracle" sauvera Dilma Rousseff de la destitution

Article suivant

Syrie: Moscou annonce une suspension partielle des frappes autour d'Alep

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

JO-2016: Après un mardi ensoleillé par cinq médailles, la pluie revient sur les Bleus