ACTUS LOCALESPOLITIQUE

Jordan s’explique sur sa démission du Tahoeraa

Le représentant Rudolph Jordan siège depuis lundi sur les bancs de la majorité RMA. Accusé de trahison par le Tahoeraa dont il est issu, il s’est expliqué vendredi sur sa démission du parti orange. Un départ qu’il motive par les manœuvres politiques de Gaston Flosse qui avait envoyé un élu orange à Bora-Bora pour « contrôler » son travail en tant que président de fédération.

Deux jours après la démission de Rudolph Jordan, le Tahoeraa Huiraatira publiait sur son site un article intitulé « Le départ de Jordan : un non événement ! ». L’auteur y écrit « Rudolph Jordan nous a quittés. Voilà un traitre de moins dans notre famille » et rajoutait que son départ « ne fait que souder encore plus le groupe Tahoera’a à l’assemblée las des tièdes». En réponse à cet article, et au travers d’un communiqué de presse envoyé par le groupe RMA, Rudolph Jordan estime lui ne pas être un « « un traitre, j’ai simplement une dignité » précisant avoir démissionné suite aux manœuvres politiques de Gaston Flosse. L’ancien élu Tahoeraa dit avoir a appris, malgré lui et alors qu’il était en commission, qu’un de ses collègues orange, en la personne de Jean Temauri, était à Bora-Bora « envoyé par le président du Tahoeraa Huiraatira en mission politique (…) sachant que je suis le président de la fédération Tahoeraa » de cette île. Rudolph Jordan précise être allé demander des comptes à son ancien président Gaston Flosse, qui « n’a pas nié le fait d’avoir envoyé Jean Temauri à Bora-Bora pour contrôler mes actions et reprendre la main sur la fédération Tahoeraa que je préside (…) Pire, j’apprends alors par la bouche du président du Tahoeraa Huiraatira, qu’il a l’intention de pousser madame Teha à la tête de la fédération Tahoeraa de Bora-Bora ». Et Rudolph Jordan de se demander, « Pour quelle raison vouloir me remplacer(…) C’est donc la goutte d’eau qui a fait déborder un vase déjà bien rempli ! ».

«Au final, son départ ne sera préjudiciable qu’à lui»

La raison de ce déplacement, le Tahoeraa l’explique dans un nouvel article publié vendredi. L’auteur écrit qu’il s’agissait «de s’assurer de la validité des sections (…) il apparait que sur les 20 sections déposées par Rudolph Jordan, seules 5 étaient valides. 15 se sont avérées bidons ». Précisant qu’à eux seuls « ces mensonges auraient justifié qu’il soit mis fin à ses fonctions de président de la fédération » le Tahoeraa conclu qu’il « aurait été préférable que Rudolph Jordan affronte la vérité et qu’il y remédie. En réalité Rudolph Jordan est parti pour éviter demain d’être désavoué par sa propre fédération ». Le divorce entre Rudolph Jordan et le Tahoeraa semble cette fois-ci bien consommé. Fin de l’histoire.

 

 

Article précedent

Cadet de la République, une porte d’entrée dans la police

Article suivant

Présidentielle au Gabon: Ping à l'assaut de la dynastie Bongo

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Jordan s’explique sur sa démission du Tahoeraa