EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Kiko & Gipsyland, une musicothérapie en marche ! – Edito 27/05/2016

C’est fou comme c’est compliqué de sortir des clichés. Lorsque l’on évoque les portugais on pense aux poils, les belges seraient les meilleurs invités à un dîner de cons, les blacks auraient tous, bon là je vais m’autocensurer, ou encore les prêtres catholiques seraient tous des … non rien.

Et les gitans donc seraient tous des voleurs. Quel bonheur de voir des illustres représentants de chaque communauté par leur talent permettre au public de comprendre que les raccourcis sont trompeurs. Entre Kendji Girac qui remporte The Voice et qui en tant que membre de la communauté tzigane fédère tout un pays derrière sa musique et son style, et jusque sous nos latitudes Kiko & Gipsyland nous donnent envie de danser avec eux.

Hier je les ai reçus à la fois sur cette antenne mais aussi à la télé et de notre standardiste, jusqu’à notre réalisateur, en passant par notre assistante de production, tout le monde, je dis bien tout le monde a bougé, souri, dansé. Et vous qui nous avez écouté ou vu, au regard des réactions sur les réseaux sociaux, vous avez kiffé.

En milieu de journée j’étais passé faire un tour au salon Passion Vahine et j’y ai découvert un stand assez intrigant dont la tenancière avait posé un gros panneau avec ce mot qui a retenu toute mon attention : musicothérapie. A priori j’ai compris de quoi il pouvait s’agir mais j’ai ressenti le besoin en rentrant d’en comprendre la définition. Ainsi la musicothérapie permettrait quelque part de se soigner de certains maux en capitalisant sur certaines propriétés supposées de la musique. Certaines fréquences, certains rythmes feraient du bien à notre cerveau, et du coup, à tout notre corps. Il y a quelques mois Radio 1 faisait venir Nolwenn Leroy et je tenais à vous rappeler cette anecdote, ainsi entre le 15 et le 20 novembre 2005 un congrès de neurologues s’est réuni en Floride et a présenté le plus sérieusement du monde ce qu’ils appellaient « l’effet Nolwenn Leroy ». Des scientifiques sérieux reconnaissaient ainsi les bénéfices sur la santé de l’écoute prolongée de la toute jeune artiste à l’époque.

Chers amis, nul besoin de congrégations de savants sous nos latitudes, nous avons pu tester le remède Kiko & Gipsyland à petite dose ces dernières 48h, et nous ne pouvons qu’envisager d’aborder une vraie cure ce soir et demain soir à l’Intercontinental où ils vont se produire. Quel bonheur de se faire du bien en écoutant des gens s’éclater à nous faire bouger. C’est à ce demander si les concerts de Radio 1 ne devraient pas être remboursés par la CPS. Je plaisante …

Et si vous ne pouvez être des notres, profitez de ce week end pour vous passer votre disque préféré, laisser votre esprit s’égarer, prendre le large de votre quotidien stressé, et vous verrez, lundi vous serez au taquet.

Article précedent

Journal de 07:30 le 27/05/16

Article suivant

Journal de 12:00, le 27/05/2016

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Kiko & Gipsyland, une musicothérapie en marche ! – Edito 27/05/2016