ACTUS LOCALESJUSTICE

Kite surf : la commune de Moorea va faire appel

Suite à la décision du tribunal administratif d’annuler l’arrêté municipal interdisant la pratique du kite surf  à Ti’ahura, Tema’e et à Tahiamanu, la commune de Moorea-Maiao ne compte pas en rester là, elle a bien l’intention de faire appel.

Mardi matin le tribunal administratif de Papeete a annulé l’arrêté pris le 24 juillet 2015 par les élus de la commune de Moorea-Maiao, interdisant la pratique du kite surf à Ti’ahura, Tahiamanu et Tema’e. L’association Moorea Kite surf avait alors saisi la justice pour régler ce conflit. Cela fait un  an que dure ce bras de fer entre la commune et l’association l’association Moorea Kite surf. En juin dernier, le rapporteur avait estimé pour sa part que cet arrêté n’était « pas adapté et est une atteinte disproportionnée à la liberté de commerce et d’industrie ». Mais voilà, apparemment pour la commune de Moorea-Maiao ce bras de fer n’est pas terminé, car selon des sources très proches du dossier « la commune va faire appel, il y a plein de personnes qui ne sont pas contentes et elles sont venues nous voir » nous a-ton lâché. Joint par téléphone depuis la décision du tribunal administratif, le tavana reste injoignable, prétextant qu’il est en réunion. Le président de l’association, Vatea Quesnot  a quant à lui déclaré que « La décision du tribunal n’est pas une fin en soi » et il espère d’ailleurs être reçu par le premier magistrat de l’île pour qu’ensemble ils travaillent à la mise en place d’ une règlementation adéquate.
Après la décision du tribunal administratif, les kite surfeurs se sont mis à l’eau et se sont d’ailleurs interrogés quant à la présence de la police municipale sur un des sites et notamment celui de Ti’ahura, à prendre des photos et les identités des kite surfeurs.

Article précedent

Huit centrales hybrides pour les îles

Article suivant

Francofolies de La Rochelle: Louane et Mika ouvrent le festival

1 Commentaire

  1. niko
    13 juillet 2016 à 17h33 — Répondre

    L’appel n’est pas suspensif, les pratiquants continuent leur activité sans aucun problème. Par contre le contrôle intempestif l’identité peut faire l’objet d’une plainte pour harcèlement…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Kite surf : la commune de Moorea va faire appel