EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

La Corée du Nord pourrait atteindre Washington avec son nouveau missile – Edito 29/11/2017

Et dire que quelques heures à peine après mon édito d’hier sur l’installation de sirènes d’alerte d’attaque nucléaire à Hawaï on apprenait que la Corée du Nord venait de réaliser un nouvel essai de tir de missile intercontinental, cela fait froid dans le dos. Selon les premières observations l’engin s’il s’est abîmé en mer du japon car il a été volontairement détruit, avait pourtant une portée potentielle de 13 000 km. Cela veut donc dire que toutes les grandes villes américaines, y compris la capitale Washington DC sont à la portée du despote coréen. A l’heure où j’enregistre ces mots, le conseil de sécurité de l’ONU s’est déjà réuni en urgence, le Président Trump a juste déclaré qu’il allait s’en occuper sans plus. Nous avons franchi un cap, le potentiel d’embrasement de la péninsule coréenne et du reste de la planète n’est plus seulement une hypothèse d’école, nous en sommes proches. Je vous ai déjà parlé ici des conséquences que cela pourrait avoir, ni plus ni moins que la fin de notre civilisation. Les heures qui viennent vont donc être décisives, depuis la guerre froide entre le bloc de l’est et de l’ouest et la crise des missiles de Cuba la planète n’a jamais été à ce point au bord d’un conflit nucléaire mondial. Il existe en effet la possibilité que les Etats Unis décident d’une frappe préventive afin de ne jamais laisser la chance à la Corée du Nord de mettre à exécution ses menaces maintenant qu’elle bénéficie d’un missile intercontinental longue portée et qu’elle l’a prouvée hier.

Je ne veux pas jouer aux oiseaux de mauvais augure, faire exprès de me complaire dans l’anxiogène pour y trouver un fonds de commerce, mais de toutes les actualités locales, nationales, internationales que j’ai pu lire depuis 24h, qu’est-ce qui peut raisonnablement être plus important que le fait que nous soyons aux portes de la troisième guerre mondiale ? Celle qui pourrait être la dernière, non pas que nous trouverions la sagesse dans la foulée, mais qu’il n’y aurait plus personne pour pour pouvoir se taper dessus.

Les progrès de notre science, de notre médecine, de nos technologies, ne sont toujours pas à la portée de l’espèce humaine dans son ensemble. Quand certains se gargarisent à coups de discours complotistes sur l’utilité des vaccins, des populations entières voudraient juste être préservées de virus contre lesquels les autres font la fine bouche pour s’immuniser. Ce luxe ils ne le connaissent pas. Quand notre société de surconsommation produit des smartphones qui valent plus qu’un SMIC, quand par millions d’autres humains survivent avec un dollar par jour et parfois beaucoup moins, on devrait se rendre compte de la futilité de notre mode de vie. Une espèce qui n’a toujours pas réussi à gommer ses inégalités, où il y en a qui crèvent de faim, quand d’autres râlent parce qu’ils ne veulent manger que du bio et qu’ils ont du mal à se fournir, finalement mérite-t-elle de perdurer ? Et si finalement le meilleur moyen pour sauver la planète était que l’homme n’en fasse plus partie ?

Article précedent

Gaspacho tomate et melon

Article suivant

Le Païen, récit d’un retour au culte des ancêtres

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

La Corée du Nord pourrait atteindre Washington avec son nouveau missile – Edito 29/11/2017