ACTUS LOCALESSOCIAL

La courte bouderie du Sapai à Air Tahiti

Vendredi dernier, le conflit qui durait depuis trois semaines à Air Tahiti a trouvé une issue. Pourtant samedi matin, un syndicat était toujours sur le piquet de grève : le syndicat autonome du personnel aéronautique des îles (Sapai). Le syndicaliste, Michel Toomaru, affirme ne pas être associé à l’intersyndicale et donc ne pas être signataire du protocole de fin de conflit. Pourtant les revendications sont les mêmes et le protocole sera finalement signé lundi…

Un protocole d’accord a été signé vendredi entre l’ensemble des syndicats, PNT, PNC, sol et la direction d’Air Tahiti. Pourtant, samedi matin, le Sapai faisait toujours le piquet de grève à Faa’a. Le syndicaliste, Michel Toomaru, explique attendre de signer son protocole de fin de grève.  Michel Toomaru affirme « ne pas être avec l’intersyndical » et donc ne pas avoir signé le protocole d’accord conclu vendredi. Le Sapai affirme se sentir « oublié » de la direction d’Air Tahiti. Une grève de la faim a été entamée samedi matin pour se faire entendre. Finalement une rencontre a été convenue lundi matin entre la direction et le syndicat. Les revendications du Sapai sont les même que l’Intersyndicale notamment sur le plan social 2015. Michel Toomaru affirme donc que « ça va être vite fait ».

Article précedent

Vers une fédération de car audio

Article suivant

C'est parti pour le bac

3 Commentaires

  1. lolita
    6 juin 2016 à 8h32 — Répondre

    ha ha ha!!!

    bien envoyé M le PDG de air tahiti,hier soir,

    renvoi au 22 de marcel tuihani !

    eh oui arrêtes de « Perorer  » …!!
    et de dire des conneries , sur conneries,

    tu es irrécupérable, et pire tu politises à dessein, tout ce qu’on te dicte de faire,

    Ta syndicaliste préférée, elle est en service commandé, elle a une place de choix sur ta liste présidentielle de 2018?

    au fond on en rigolerait mais pire, tu décrédibilises l’assemblée de PF tout entière,et tous ses représentants,qui sont loin de te cautionner,…

    allez va « pérorer  » ailleurs,

    sinon, montes ta propre entreprise privée, , et quand il y aura une grève chez toi,

    , on en reparlera,.

  2. simone grand
    6 juin 2016 à 11h30 — Répondre

    Syndicalistes et grévistes sans courage qui n’ont rien de plus urgent qu’à falsifier la réalité de la grève catastrophique pour tous mais minorée pour eux en exigeant une rédaction édulcorée pour leurs petits intérêts personnels. Si les deux derniers jours d’absence ne sont pas des jours de grève, ce sont des abandons de poste.
    Piteux et pitoyables. Virons les subventions syndicales sur les comptes de SOS Villages Enfants, Te aho nui et autres.
    SAndra et Marcel vous êtes vraiment mauvais et devez accepter une réduction de vos rémunérations au lieu de reprocher à Air Tahiti de ne pas être l’Armée du salut.

  3. simone grand
    6 juin 2016 à 12h11 — Répondre

    Propositions:
    – suppressions des subventions aux syndicats et transfert des montants à SOS Village Enfants, Te Aho nui, la Saga, etc.
    – Réduction des moitié des rémunérations des élus de l’Assemblée, (surtout celles et pour celles et ceux qui ont demandé à Air Tahiti de se transformer en l’Armée du Salut) et transferts de ces rémunérations au maintien du pouvoir d’achat des habitants des îles éloignées.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La courte bouderie du Sapai à Air Tahiti