ACTUS LOCALESECONOMIE

La CTC très critique à l’égard de Tikiphone et Vini

La chambre territoriale des comptes vient de publier deux rapports d’observations définitives sur la gestion des sociétés Tikiphone et Vini. La juridiction financière pointe du doigt les « recours excessifs aux prestataires extérieurs » et les erreurs de placements chez Tikiphone et met en exergue la baisse de profitabilité persistante chez Vini.

La SAS Tikiphone n’existe plus depuis 2013 et forme maintenant, avec Mana et TNS, la société Vini. Pour autant la chambre territoriale des comptes s’est tout de même penchée sur la gestion de la société de 2008 à 2013. Une information révélée mardi par nos confrères de Tahiti Infos. Parmi les nombreux points évoqués par le rapport, il est particulièrement question du « recours excessif aux prestataires extérieurs » à Tikiphone. Et pour cause, en quatre ans, la société a dépensé 260 millions de Fcfp pour des missions données à des prestataires et a signé une cinquantaine de conventions. Les principales missions concernaient le service marketing et commercial qui pourtant « concentre les plus gros effectifs de la société ». Fin 2010, la présidence de Tikiphone « s’est émue du nombre de recours aux consultants par une entreprise disposant de nombreuses compétences internes permettant de réduire ces interventions externes ». Il avait alors été demandé de « ne pas reconduire ni faire appel à de nouvelles prestations externes ». Une consigne visiblement non respectée, « un seul contrat a été résilié avant terme sur la dizaine en cours en 2010, mais pour être repris quelques mois plus tard ». La juridiction financière pointe également « des prestations doublons » sur le même thème la même année. Mais également des paiements de service non réalisés ou incomplet avec 18 568 000 Fcfp pour Mr X ou encore 4 480 000 Fcfp à la société de conseil Y et enfin 5 013 684 pour la société Z.

1 milliards de Fcfp de perte en placement

La CTC pointe également les placements réalisés par la société Tikiphone considérant la démarche « sans rapport avec son objet social » pour un montant total de 12 milliards de Fcfp. La chambre pointe particulièrement deux de ces placements réalisés en 2007 qui n’ont apporté aucun gain « alors même que leur souscription a nécessité l’ouverture, puis le refinancement, de crédits bancaires, à un coût significatif : au total, Tikiphone a subi à ce titre une perte de plus d’un milliard de F CFP » précise la juridiction.

« La baisse de profitabilité de Tikiphone se poursuit chez Vini »

Pour la CTC, le sursaut sur le plan de l’organisation et de l’offre commercial prévu par la fusion des filiales de l’OPT « a tardé à venir ». La juridiction financière va plus loin en affirmant que « le regroupement des filiales a été fait sans recherche de rentabilité ». « Les coûts fixes n’ayant pas été réduits, et la production n’ayant pas augmenté, la société n’a pas réalisé d’économies d’échelle à la suite de la fusion ». La baisse de profitabilité de Tikiphone s’est poursuit chez Vini de 2013 à 2015. La CTC note une baisse des résultats de 77 % avec un bénéfice de 189 millions de Fcfp en 2014. Le chiffre d’affaire baisse de 3 % sur la période notamment à cause de la baisse des trois activités et plus particulièrement de la téléphonie prépayé.

 

Article précedent

Tahiti Nui Ocean Food obtient deux nouvelles concessions maritimes

Article suivant

Pluies et vents pour la Société et Rapa

1 Commentaire

  1. microstring
    26 août 2016 à 16h00 — Répondre

    Ce sont des fonctionnaires chez Vini pas des hommes d’affaires et encore moins des commerciaux…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La CTC très critique à l’égard de Tikiphone et Vini