ACTUS LOCALESCULTURE

La culture polynésienne transcende le paepae a Hiro

Festival Polynesia

L’ouverture officielle du premier festival Polynesia-Te Moana Nui a Hiva s’est déroulé mardi midi à la Maison de la culture. Les trois délégations de Hawaii, de Nouvelle-Zélande et de l’Ile de Pâques se sont présentées, en chant et en danse, face aux représentants des cinq archipels de la Polynésie française. Un moment qui a fait vibrer le paepae a Hiro de la Maison de la Culture.

Le premier festival Polynesia-Te Moana Nui a Hiva a officiellement démarré mardi midi avec la présentation des trois délégations venues du fenua Vehi, de Aotearoa et de Rapa nui. Une présentation riche en émotions et en Mana pour ces peuples du triangle polynésien qui se sont réunis pour la première fois autour de leur culture commune. Et c’est bien là toute l’importance de ce festival, renouer des liens avec cette culture. « Nous sommes un seul et même peuple » a déclaré mardi midi le président du Pays, Edouard Fritch, expliquant pourtant que « les anciens se voyaient bien plus souvent qu’aujourd’hui ». « La confrontation avec le monde occidental a mis en sommeil des modes de communication ancestraux, des rituels et une partie du savoir culturel », a souligné le président pour marquer l’importance de ces retrouvailles avant de laisser place au orero du ministre de la culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.

Retour aux sources de la famille polynésienne

En réponse à cet accueil, les trois délégations ont fait vibrer le paepae a Hiro de leurs chants. Le public a pu ressentir les différences entre ces peuples polynésiens. Des différences qui se manifestent dans la langue, la façon de chanter ou de danser avec notamment les sonorités très particulières des chants hawaiiens. Pour autant, ce festival met plutôt en exergue les liens ancestraux qui unissent les peuples polynésiens. Le chef de la délégation hawaiienne, Kumu Micah Kamohoali’i, affirme que ce festival est une sorte de retour aux sources de l’union polynésienne.

Le célèbre conteur de la délégation maori, Rangimoana Taylor, dont les ancêtres ont quitté Raiatea pour Aotearoa, estime également que ce festival permet de réunir la famille polynésienne. Le conteur souhaite que les Polynésiens expriment leur fierté envers leur culture.

[/su_carousel]

Article précedent

"L'embellie dans le tourisme se ressent"

Article suivant

Le prédicateur de Taha’a aux assises

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La culture polynésienne transcende le paepae a Hiro