ACTUS LOCALESPOLITIQUE

La DGS de Papara porte plainte contre son maire Puta’i Taa’e

Rebondissement dans l’affaire des subventions de la commune de Papara à l’association Ia ora Papara.  La directrice générale des services de la mairie Christelle Lecomte a porté plainte contre son maire Puta’i Taa’e pour « diffamation ». Elle accuse son tavana de porter atteinte à son » intégrité » et à sa « dignité » et refuse d’être son « bouc émissaire ».   

La directrice générale des services (DGS) de la mairie de Papara Christelle Lecomte a décidé de sortir de son silence. Jeudi dernier, elle s’est rendue à la gendarmerie de Papara pour porter plainte contre Puta’i Taa’e pour « diffamation » à son encontre. Pour rappel, le tavana de Papara a affirmé, au sortir du tribunal la semaine dernière, que cette affaire est « politique » et il a accusé sa DGS d’en être à l’origine. Christelle Lecomte a estimé que ces attaques à caractère professionnelles et personnelles sont « mensongères et injurieuses » et qu’elles portent « atteinte à mon intégrité et à ma dignité ».

A lire aussi : Le tavana de Papara Taae risque l’inéligibilité.

Elle assure que son maire a été, à plusieurs reprises, informé sur le caractère illégal de ses actes. Elle soutient même qu’elle a tiré la sonnette d’alarme plusieurs fois en privé, devant sa majorité et en conseil municipal. « Mais il n’en a fait qu’à sa tête (…) aujourd’hui il a trouvé un bouc émissaire et c’est moi » regrette Christelle Lecomte.

Contacté le premier magistrat de Papara Puta’i Taa’e affirme qu’il assume entièrement les propos qu’il a tenus la semaine dernière au sortir du tribunal. Il prend acte de la plainte déposée à son encontre.

La DGS Christelle Lecomte explique que dès le lendemain elle est allée voir son tavana pour lui demander des explications et surtout pour l’informer de son intention d’un dépôt de plainte. Elle assure que « j’ai toujours essayé de remplir au mieux ma mission dans le cadre de ma fonction ». Christelle Lecomte est consciente des conséquences de ses actes, avec en toile de fond le risque de perdre son poste de directrice générale des services, mais pas question pour elle de bafouer son intégrité et sa dignité : « Le tavana doit assumer ses actes (…)Ils ne sont pas là pour se faire de l’argent mais ils sont là pour servir et non se servir ».

Le tavana de Papara Puta’i Taa’e, ne compte pas en rester là. Il affirme que pour l’instant la directrice générale des services gardera son poste, en attendant d’avoir toutes les informations pour peut-être la démettre de ses fonctions.

À ce propos, la DGS n’a d’ailleurs plus accès à son bureau. Le maire affirme que la serrure a été effectivement changée : « elle est en arrêt maladie, elle ne peut pas venir au bureau et prendre des documents. Un constat a été effectué ». Il compte lui aussi déposer plainte contre Christelle Lecomte pour avoir « volé des documents », et elle pour « harcèlement » à l’encontre de son maire.

Article précedent

Le « Tere faa’ati » d'Oscar Temaru

Article suivant

Le journal de 7h30, le 06/05/2019

3 Commentaires

  1. Iritahua
    6 mai 2019 à 6h02 — Répondre

    Encore un des éleveurs du Grand Fakir

  2. Patrick juventin
    6 mai 2019 à 12h04 — Répondre

    Il y a quelques mois j’ai eu affaire à cette personne et j’avais l’impression d’être devant un roi africain d’un pays sous dictature. C’est lui seulement lui et pour lui. A éviter absolument.

  3. Hirinake
    6 mai 2019 à 19h32 — Répondre

    Finalement on a critique l’ancien Tavana Sandras mais finalement c’est un saint-pere a cote de ce tyran farfelu de Putai digne comme Idi Amine Dada….A faaho’i mai ia Sandras ei tavana oire mea papu paha ia.

Répondre à Hirinake Annuler la réponse.

PARTAGER

La DGS de Papara porte plainte contre son maire Puta’i Taa’e