EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

La discrimination pour argumentation – Edito 10/03/2017

Il y a une donnée que les esprits les plus troublés et malveillants doivent intégrer de toute urgence pour éviter de se faire du mal en croyant se faire du bien. Lorsque l’on ne parvient pas à argumenter contre une analyse qui nous dérange, s’attaquer aux caractéristiques physiques, aux croyances, ou à la sexualité de son contradicteur pour tenter de le déstabiliser, c’est en soi un échec. Tout comme colporter des ragots tous plus sordides les uns des autres en tentant soi-même de s’en convaincre pour y trouver une nouvelle méthode d’onanisme.

Jouir en salissant, ou en croyant salir, est une perversion. Ramener le débat aussi bas, en dessous de la ceinture, c’est prendre aussi plusieurs risques. Le premier, c’est qu’il y a la possibilité que la personne attaquée aussi lâchement, s’en foute complètement. Et oui, donc c’est user de la salive ou les touches de son clavier pour rien. Car arrivé un âge voyez-vous, quand on est bien dans ses baskets, qu’on assume qui on est, ce qu’on aime, on ne se sent plus insulté. On en est plutôt réduit à être le témoin, bouche bée, de l’imbécillité fondée sur un irraisonné, gratuit et systématique rejet.

Cependant le deuxième risque lui, est bien plus dérangeant. Car il n’implique plus seulement la personne qui se fait attaquer publiquement et qui a les épaules pour le supporter, mais d’autres, plus fragiles, qui se sentent concernés et sont éclaboussés. L’homophobie, c’est à ça que je fais allusion précisément ici, est une plaie, et en plus c’est puni par la loi. Prendre à partie quelqu’un pour ses préférences sexuelles c’est faire abstraction du mal-être que des milliers de jeunes et moins jeunes peuvent ressentir car ils se savent différents et ne savent pas encore le gérer. C’est renforcer dans l’idée ceux qui pensent à tort qu’il vaut mieux se cacher pour éviter de faire honte à ceux qui nous aiment, plutôt que leur demander de vous laisser aimer comme il vous plait. Non les homosexuels et les gay friendly ne se sont pas lancés dans une croisade visant à la conversion de tous les hétéros de la planète. Non ils ne veulent pas vous imposer un modèle de société si ce n’est celle qui serait basée sur plus de tolérance. Ce qui se passe dans leur lit, dans leur vie, ne les concerne qu’eux. Les regarder de travers et les juger, et tenter de les déstabiliser en appuyant là où ils s’imaginent que ça fera mal c’est finalement plutôt révélateur d’une certaine forme de frustration latente. Que le terrain de jeu de ces personnes occupe une telle place dans leur esprit, mériterait qu’ils explorent d’autres chemins pour … non je ne dirai pas pour « tenter d’y voir la lumière », ça risque d’être compliqué …

Alors avis à tous les frustrés, apprenez à construire une argumentation sans jamais risquer de blesser au-delà de celui que vous visez, le débat n’en sera que plus intéressant. Et si ça ne le fait toujours pas, serrez bien fort les dents, car elle passera encore en faisant mal, ma plume.

Article précedent

Lutte : Les « Oceania de lutte 2017 » au fenua, c’est ce week-end

Article suivant

Journal de 07:30 le 10/03/17

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

La discrimination pour argumentation – Edito 10/03/2017