ACTUS LOCALESJUSTICE

La double peine qui menace Cyril Tetuanui

© Radio 1

Le président du Syndicat pour la promotion des communes (SPC) et maire de Tumaraa, Cyril Tetuanui, comparaissait jeudi matin en appel dans deux affaires différentes de « favoritisme » en 2010 et de « trafic d’influence » en 2013 à Raiatea. L’avocat général, José Thorel, a demandé deux peines d’un et deux ans inéligibilité à l’encontre de l’élu, déjà condamné en 2012 pour des faits similaires.

Actualité judiciaire une nouvelle fois très chargée pour Cyril Tetuanui. Le président du SPC et maire de Tumaraa, à Raiatea, comparaissait jeudi matin dans deux dossiers différents. Le premier pour « favoritisme » dans l’attribution de marchés de construction de deux gymnases à Tumaraa en 2010. L’élu avait écopé en décembre 2016 de huit mois de prison avec sursis dans cette affaire. A l’époque, l’entrepreneur, Jacques Cadet, et l’expert, Yves Cogoni, avaient également été condamnés. Seul Jacques Cadet et Cyril Tetuanui avaient fait appel, mais l’entrepreneur s’est désisté jeudi matin.

L’avocat général, José Thorel, a requis une peine d’inéligibilité d’un an et la confirmation des huit mois de sursis à l’encontre de Cyril Tetuanui. L’avocat du tavana, Me François Quinquis, a plaidé la relaxe et dénoncé un « vide juridique » dans le code des marchés publics applicables aux communes.

La décision de la cour a été mise en délibéré au 18 octobre prochain.

Une deuxième affaire de trafic d’influence

La deuxième affaire impliquant l’élu concerne des faits de « trafic d’influence » toujours à Tumaraa en 2013. Cyril Tetanui est accusé d’avoir accordé des faveurs à un commerçant de Raiatea, Médéric Tavaearii, en contrepartie d’une somme de 1,5 millions de Fcfp. Pour cette affaire, le président du SPC avait été condamné en février dernier à un an de prison ferme et deux ans d’inéligibilité. L’avocat général a demandé la confirmation de cette peine et de celle d’un an de sursis prononcée contre le commerçant.

Dans ce dossier, l’élu était défendu par un avocat parisien, Me Laurent Pasquet-Marinacce, qui a notamment soulevé en début d’audience deux moyens de nullité de la procédure.

Sur le fond, l’avocat a estimé qu’il n’y avait pas eu de trafic d’influence et que la somme de 1,5 million de Fcfp remise par le commerçant au maire de Tumaraa devait servir de « financement politique » pour une campagne électorale. Même si Cyril Tetuanui a reconnu à l’audience n’avoir jamais inscrit cette somme dans ses comptes de campagne… Le délibéré a été fixé au 2 novembre.

Rappelons que Cyril Tetuanui a déjà été condamné en 2012 à un an d’inéligibilité pour « trafic d’influence ». Peine qui n’a jamais été appliquée suite à un problème administratif de transmission de la condamnation.

Article précedent

Le trafic d’Ice de Papara renvoyé devant un juge d’instruction

Article suivant

Humanité à crédit : les ressources de la Terre en 2017 déjà consommées - Edito 24/08/2017

5 Commentaires

  1. HIRINAKE
    24 août 2017 à 21h11 — Répondre

    Il faudra lui faire une faveur pour faire un choix entre Nuutania et Papeari !!!

  2. Delano FLOHR
    24 août 2017 à 21h49 — Répondre

    « Selon que vous soyez puissant ou misérable, la justice de Cour vous rendra blanc ou noir ». Jean de la FONTAINE ! Huahine étant déficitaire de 105 MFcfp laissés par mon prédécesseur et dans l’attente de son redressement financier réalisé 1 an et 6 mois après mon élection (+ 120 MFcfp), au titre de maire, j’ai acheté par « tarahu » (crédit) au magasin de la place, sans respecter les règles comptables, des « cacahuètes et des sodas » pour un total de 165 442 Fcfp, à offrir aux élèves et parents accompagnateurs de Huahine, Moorea, Raiatea en visite civique à la mairie… J’ai écopé 5 ans d’inégibilité. « Selon que vous soyez « bien en cour » riche ou pauvre, la justice vous… blanc ou noir ! »

  3. Taaroa
    25 août 2017 à 5h06 — Répondre

    Il est temps que les juges tapent fort, il en va de la crédibilité de la justice.

  4. moana
    25 août 2017 à 10h13 — Répondre

    çà fait bien longtemps que cette justice n’est pas crédible. ces hommes politiques sont des parasites de la société. voleur un jour voleur toujours. tous pourris.

  5. Tamaiti.
    25 août 2017 à 18h50 — Répondre

    Je ne pense,pas que cette fois-ci il,de nouveau passera à travers l’émaille de la transmission de sa nouvelle condamnation, qui sème le vent récolte l’ouragan………. Faitoito e a amo ta oé hape

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La double peine qui menace Cyril Tetuanui