ACTUS LOCALESEMPLOI

La Face court après le « marché caché » de l’emploi

©Facebook Face Polynésie – Des participants de la Face en visite d’entreprise

La Face (Fondation pour Agir Contre l’Exclusion) organise ce jeudi la 1ère « course à l’emploi » en Polynésie. 200 jeunes vont se rendre à la rencontre des entreprises dans les alentours de Papeete pour démarcher directement de potentiels employeurs. Cet événement va permettre de recenser les éventuels besoins des entreprises en stagiaires et employés, et améliorer la relation entre chercheurs et pourvoyeurs d’emplois. Plus largement, la FACE souhaite à travers ses actions lutter contre la pauvreté et l’exclusion dans son ensemble, notamment celle des jeunes sur le marché du travail.

Avec cette « course à l’emploi », la FACE souhaite identifier le « marché caché », ces offres d’emplois pour lesquelles les entreprises dans l’urgence vont essentiellement puiser dans leurs réseaux les plus proches. Ce besoin d’embauche immédiat exclut de nombreux candidats potentiels en provenance d’horizons plus lointains. Les entreprises, et notamment les petites structures, n’ont pas systématiquement recours au Sefi, où les procédures de recrutement sont plus longues. Averties ou non, elles vont recevoir la visite de ces 200 jeunes, avec l’objectif pour la FACE de recenser les offres d’emplois disponibles sur le fenua. Ces données sont encore inconnues selon Olivier Poté, directeur de la FACE en Polynésie.

Grâce à ses nombreux intermédiaires locaux, comme les associations de quartiers, la FACE tient à accompagner jusqu’au bout l’ensemble de ses demandeurs d’emplois dans leur insertion professionnelle. Après un mois de formation au sein de la FACE, 75% des participants trouvent une activité (stage, emploi, formation) d’après les premiers bilans. La fondation tente d’apprendre les techniques adéquates et les attitudes à adopter face à un potentiel employeur. Le but est de maximiser les chances d’embauche, et surtout aider les candidats aider à dépasser une timidité parfois trop récurrente.

La FACE finance ses actions grâce à des fonds privés provenant essentiellement de la trentaine d’entreprises adhérentes à son programme. Au-delà de l’emploi, elle lutte aussi bien contre les exclusions sociales que les problèmes de logement. L’entité souhaite développer son action sur l’ensemble des îles de Tahiti et Moorea dès l’année prochaine, avant d’atteindre à plus long terme la Polynésie toute entière.

Article précedent

Christophe Maé arrive vendredi à Tahiti

Article suivant

Menace de grève des praticiens au CHPF

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La Face court après le « marché caché » de l’emploi