ACTUS LOCALESSOCIAL

L’intersyndicale annonce le blocage de Papeete jeudi

© Antoine Samoyeau

L’intersyndicale a mobilisé mardi entre 2 000 et 3 000 personnes contre la réforme des retraites à Tarahoi, puis dans les rues de Papeete. C’est moins que lors de la dernière manifestation de février, mais l’intersyndicale compte aller crescendo jusqu’au « blocage » de la ville jeudi au moment du vote de la loi du Pays à l’assemblée.

L’intersyndicale CSTP-FO, CSIP, Otahi, O oe to oe rima et Cosac annonçait 6 000 manifestants mardi matin, malgré une mobilisation visiblement plus faible que le 15 février dernier. La police, de son côté, avance le chiffre plus réaliste de 2 000 à 2 500 personnes. Soit un peu moins que les 3 000 manifestants il y a trois semaines. Qu’importe pour Patrick Galenon de la CSTP-FO, la manifestation de ce matin reste un succès.

Mahinui Temarii, de la CSTP au port autonome, demande à la population de commencer à faire des stocks, notamment de nourriture, au cas où les containers ne sortiraient pas du Port à partir de jeudi. Il assure qu’à partir de mercredi soir, lui et ses hommes ne sortiront plus de marchandise.

Pour la journée de mercredi, l’intersyndicale a appelé les grévistes à rester sur leur lieu de travail tout en cessant leur activité. Avant de se quitter, l’intersyndicale a donc donné rendez-vous à tous les manifestants jeudi matin avec la certitude de bloquer les entrées Est et Ouest de Papeete, comme l’explique Atonia Teriinohorai de O oe to oe rima.

Le secrétaire général de la CSTP-FO, Angélo Frébault, annonce « qu’aucune voiture ne rentrera dans Papeete » ce jeudi. Le syndicaliste n’oublie pas le calendrier électoral et estime que le mouvement social va « sanctionner le gouvernement ».

© Antoine Samoyeau

© Antoine Samoyeau

© Antoine Samoyeau

Article précedent

La grève générale peu suivie

Article suivant

Journal de 7:30, le 07/03/2018

15 Commentaires

  1. GTI
    6 mars 2018 à 11h30 — Répondre

    Formidable. Les syndicats annoncent qu’ils vont mettre en place des piquets de grève pour empêcher les gens de travailler dans leurs entreprises. Qu’ils vont bloquer le port, l’aéroport, des routes… Empêcher des honnêtes gens de gagner leur vie. Que des choses illégales. Que vont faire les garants de l’ordre public, cette fois? Les regarder faire, comme les autres fois ? La grève est un droit, pas le sabotage. Il y a des libertés qui méritent tout autant qu’on les défende, M. le haut-commissaire, help.

  2. Viniura
    6 mars 2018 à 13h30 — Répondre

    Ils vont mettre une passerelle entre la caisse retraite et la caisse maladie ? Ca marche bien comme blocage, l’Equipement l’a testé pour nous

  3. MDR
    6 mars 2018 à 15h15 — Répondre

    @Viniura lol +1

    @GTI : clair. Franchement, ras la casquette de ces débiles qui, quand ils n’ont pas ce qu’ils veulent, violent la loi. Ça suffit, la prime à la médiocrité. Le droit de grève est un droit, le commerce et la liberté de circulation le sont aussi, des droits. Monsieur le Haut-Commissaire, faites intervenir la gendarmerie! Un peu de taule leur fera le plus grand bien, à tous ces excités du porte-voix…

  4. moana
    6 mars 2018 à 15h18 — Répondre

    j’espère que le haut commissaire sera positionné les forces de l’ordre pour que ceux qui travaillent en ville puissent le faire que les lycéens puissent se rendre dans leur établissement et que chacun puisse circuler librement…..ou comme d’habitude on laisse faire 2000 salariés alors qu ‘une très large majorité sont sur lieu de travail.

    • Taaroa
      6 mars 2018 à 18h21 — Répondre

      Y a t’il un précédent ? Les hauts commissaires subissent, plus qu’ils n’anticipent …

  5. Marcel
    6 mars 2018 à 20h46 — Répondre

    Dites leurs, à c’est syndicalistes de rembourser les milliards qu’ils ont prit dans la caisse des retraites pour les jouer à la roulette russe sur les marchés en faisant des placements plus qu’hasardeux que la crise de 2008 à fait partir en fumée. Il y en a qui ont la mémoire courte. Bref ce qui les suivent sont des moutons.

  6. Chaval
    7 mars 2018 à 5h43 — Répondre

    Et voilà le travail d’une bande de débiles qui veulent bloquer la ville, c’est prendre tout bonnement la population en otage. Ces gens là sont des irresponsables qui traînent derrière eux des gens qui ne sont pas autre chose que des moutons qui suivent en bêlant bêtement les meneurs fauteurs de zizanie. Nous allons une nouvelle fois vers des affrontements qui ne déboucheront que sur de la haine et un rejet final de ces trublions sans cervelle. Bon sang le droit de grève oui, mais pas le droit d’emmerder tout le monde, c’est ce qu’ils savent faire et pas autre chose, les Galenon, Le Gayic, Frebault et consort.

  7. MOANA
    7 mars 2018 à 6h48 — Répondre

    Pourquoi ne pas se mobiliser en masse les non grevistes afin de faire sauter chaque piqué de grève. Car nous les salariés du privé et patentés à notre compte perdons énormément d argent. Bloqué l assemblée mais ne cassez pas notre outils de travail.

  8. simone grand
    7 mars 2018 à 7h33 — Répondre

    Ces dictateurs aux pieds lourds n’ont pas été élus par nous et ne doivent pas empêcher les élus et toute la population d’aller et venir librement, travailler, rêver et faire ce qui lui plaît.

    • Viniura
      7 mars 2018 à 13h58 — Répondre

      Oui, bonne remarque. Je suis d’accord que quelque soit le débat, ces manières sont d’un autre âge et ont un parfum de dictature.
      Oui au droit de rêver et travailler, d’aller et venir. Et dans le respect des autres

  9. Pitou
    7 mars 2018 à 9h51 — Répondre

    Attendez.
    Notre président annonce à la TV hier qu’il n’y aura pas de retraite d’ici un à 2 ans plus d’argent pour payer cela.

    Et il est vrai qu’il ne récupère que les pots cassés de certains anciens président qui se sont servi de la caisse de la CPS pour ouvrir ou payer des sociétés aériennes ou autres financements ou ce peuple qui a voté pour ces malfrats pendant plusieurs;
    Et aujourd’hui on peux lire que certains veulent aller travailler de peur de ne pas avoir d’argent mais franchement à la retraitre tu iras travailler au noir car la cps n’aura pas d’argent pour te payer. Et les politciens continueront à s’engraisser grace à nos gueuls de votant qui n’ouvrent pas sa bouche sauf quand c’est trop tard.
    Nous avons tous nos parts de responsabilité.
    Mais punaise plus d’argent pour les retraites.Et on payera les études de nos gosses ou leurs bouffes avec des coquillages pendant que politiciens ou syndica s’arrangeront avec des dessous de tables. Genre personne n’est au courant Genre y a aucun jugement en cours sur ces échanges d’enveloppe.

    Je veux bien aller porter des pancartes ramènes nos cotisations mais la gueul de qui?
    Bientôt les élections donc les travers pour un vieux politicien véreux ou un futur syndica politicien?
    Bref toute la popultaion est au courant mais personne n’agit de la bonne façon porter plainte abus de bien je sais pas punaise on a des juges ou des tribunaux pour cela.
    Quoi vous avez peur de perdre vos places mais de toutes façon il n’y a aura plus d’argent.

  10. Tiare
    7 mars 2018 à 9h56 — Répondre

    C’est à croire que tous ceux qui manifestent n’ont rien compris aux arguments mis en avant par le président Fritch et son ministre de la santé M. Raynald concernant la réforme des retraites. Ils se font enflés par les discours de leurs responsables syndicaux , qui devraient plutôt mettre toute leur énergie à défendre les droits de ceux qui sont à la rue ou des handicapés pour commencer. Ce serait tout à leur honneur. Qu’il y ait un vrai combat de justice sociale, d’égalité sociale pour tous et non pour une partie de la population qui est déjà en soi «privilégiée»;

  11. Pito
    7 mars 2018 à 14h32 — Répondre

    Ce Frébault qui déjà encaisse de tous les côtés qui ose dire aux 2000 guignols qui l’ecoute qu’il faut sanctionner le gouvernement aux territoriales, de quel droit tient il ce discours, lui qui avec ses amis a mis à mal notre économie et continu de le faire. Quel courage à notre président en maintenant sa réforme, c’est un signe de sérieux pour l’avenir de notre régime de retraite, quand celles ci ne seront plus payées on va les entendre les grévistes d’aujourd’hui, mais se sera trop tard. Par contre les Frébault et consorts ils vivront tranquillement avec leur indemnités.
    Il faut espérer que la grande majorité des électeurs de notre fenua seront responsables au moment de mettre le bulletin dans l’urne et continueront à faire confiance au gouvernement actuel qui remonte petit à petit notre fenua.
    Cette grève est tout simplement un coup monté par l’opposition et les syndicats qui veulent de nouveau conquérir le pouvoir et se sucrer au passage.
    Mr le haut commissaire faite en sorte que la majorité silencieuse puisse travailler jeudi et maintenir notre fenua dans la croissance.

  12. Pierre André
    8 mars 2018 à 4h59 — Répondre

    A quand la grève des employeurs ? Ce jour-là plus aucun employé ne touchera son salaire puisque l’économie du Pays sera moribonde
    Et si on commençait supprimer les subventions de 45 millions données aux syndicats…. .

    • Pito
      8 mars 2018 à 13h38 — Répondre

      Oui il faut supprimer les subventions aux syndicats, ils n’ont qu’a Vivre de la cotisation des adhérents. Ces bandits qui mettent à mal notre fenua ne mérite que cela.

Répondre à simone grand Annuler la réponse.

PARTAGER

L’intersyndicale annonce le blocage de Papeete jeudi