AFPINTERNATIONAL

La nouvelle chaîne d'info publique fait son entrée dans le PAF

Paris (AFP) – Un an seulement après l’annonce de sa création, la nouvelle chaîne franceinfo, première en continu du service public, a commencé à émettre jeudi soir sur le canal 27 de la TNT, devenant la quatrième chaîne de ce type en France.

Lancée sur la promesse d’un ton plus distancié que celui de ses concurrentes BFMTV, LCI et iTÉLÉ, ce projet a été initié par Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions depuis 2015, en étroite collaboration avec Radio France, France 24 et l’INA.

Ce sont les dirigeants des quatre groupes, Delphine Ernotte, Mathieu Gallet, Marie-Christine Saragosse et Laurent Vallet, qui ont scandé le décompte « 4, 3, 2, 1 » précédant la diffusion de la chaîne à 20H00, en direct du JT de France 2.

C’est la première fois depuis le démarrage de France 24 en 2006 que le secteur audiovisuel public lance une nouvelle chaîne de télévision.

Après les titres, le journaliste David Pujadas a présenté « un autre événement de la soirée, la naissance d’une nouvelle chaîne de télévision : la chaîne du service public » lui souhaitant « longue vie ».

Le compte à rebours avait été lancé un peu avant sur France 3 et tout l’après-midi sur le site franceinfo qui affichait un décompte sur fond coloré avec le logo de la chaîne, également visible sur les box.

Les premières images de franceinfo ont montré la journaliste Sorya Khaldoun, très émue, dans le vaste plateau du 3e étage de l’immeuble de France Télévisions, « l’atrium », flambant neuf, qui abrite la rédaction et le plateau des JT. 

Derrière elle, la rédaction était sur son 31 pour le début de cette « aventure hors norme », selon les mots de la journaliste.

Au milieu du plateau, deux canapés gris; au mur, une tablette tactile géante, un peu partout, des mini-caméras automatiques dernier cri et quelques écrans gigantesques où s’affichent les informations en continu réalisées par l’équipe web.

Conçue avant tout pour le web et les usages en mobilité (smartphones et tablettes), la nouvelle chaîne avait été lancée sur internet mercredi soir, un test en direct jusqu’à la mi-journée de jeudi.

-Un projet trimedia-

Le gouvernement est satisfait. « Cette chaîne naît avec 15 ans de retard et cette fois, il sera difficile de revenir en arrière », commentait-on cette semaine au ministère de la Culture. En 2002, la droite avait enterré le projet de chaîne d’info publique élaboré par la gauche.

Outre une campagne d’affichage autour du slogan « Deux points ouvrez l’info », la promotion de la chaîne sera notamment assurée en septembre par les vedettes de France Télévisions, dont Claire Chazal, qui viendront présenter la météo.

Pour recevoir franceinfo sur la TNT, il faut lancer une mise à jour des chaînes sur les box.

Franceinfo est un projet original, trimedia : à la fois une radio, l’ex « France Info » remaniée, un site web fusionnant ceux de France Info et de France Télévisions, et une chaîne en continu, gratuite et sans publicité, diffusée sur la TNT, les box et internet.

L’antenne bascule constamment entre les studios de la Maison de la Radio, de France 24 et de France Télévisions: les JT à l’heure et à la demie viennent de France Télé, le rappel des titres toutes les 10 minutes vient de la radio et France 24 prend l’antenne la nuit. Sans oublier les modules d’archives préparés par l’Ina.

Parmi les innovations, la visibilité de la rédaction à l’écran: le présentateur se déplace en plein milieu des journalistes au travail, dans un brouhaha qui berce un peu l’antenne.

Il fait son journal debout, comme une « conversation permanente » avec les téléspectateurs, sauf quand il dialogue avec les invités, assis sur les canapés.

« Montrer les coulisses, c’est un choix. Voir des gens au travail est essentiel pour retrouver la confiance des gens, montrer que nous ne sommes pas dans la facilité », commente Hervé Brusini, directeur de la stratégie.

Autre nouveauté, des commentaires écrits, rédigés presque en temps réel, apparaissent à chaque instant sur les sujets et reportages, parfois avec un ton décalé. Il y aura également une volonté « de diversité et de parité » à l’antenne, a assuré Germain Dagognet.

« Ce projet est un pari de modernité, de singularité éditoriale. Le seul que nous pouvions engager face aux chaînes existantes », conclut Hervé Brusini.

Le journal de franceinfo sur l'écran d'un smartphone dans les locaux de la chaîne le 31 août 2016 à Paris. © AFP

© AFP BERTRAND GUAY
Le journal de franceinfo sur l’écran d’un smartphone dans les locaux de la chaîne le 31 août 2016 à Paris

Article précedent

Triathlon : Frédéric Tête au triathlon de Chantilly

Article suivant

Zika: un tiers de l'humanité vit dans des zones à risque

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La nouvelle chaîne d'info publique fait son entrée dans le PAF