ACTUS LOCALESECONOMIESANTÉTOURISMETRANSPORTS

La Polynésie se rouvre au tourisme sans quarantaine à partir du 15 juillet

©PresidencePF


Le président Édouard Fritch et le haut-commissaire Dominique Sorain ont pris la parole, ce vendredi, pour fixer le calendrier de reprise des vols internationaux en Polynésie. Une reprise progressive, accompagnée d’allègement du protocole sanitaire pour les arrivants. La quatorzaine va devenir une « septaine » début juillet, avant de disparaître complètement deux semaines plus tard.

C’était l’annonce attendue par tous les professionnels du tourisme. Un calendrier précis de reprise des vols, avec évolution des mesures de sécurité sanitaires pour les voyageurs. Les autorités le savent : le sujet est sensible et chacun semble avoir son avis sur la place du curseur entre sécurité sanitaire et reprise économique. Édouard Fritch et Dominique Sorain ont tranché : « Nous allons ouvrir un peu plus le pays pour sauver les emplois », explique le président du Pays qui rappelle que le tourisme et les activités qu’il induit représentent « entre 18 000 et 19 000 emplois », dont une bonne partie sont aujourd’hui menacés. Le haut-commissaire lui, assure que ce plan de reprise inclut la nécessaire prudence sanitaire : « Le contexte de l’épidémie a changé dans le monde entier et va continuer à évoluer dans les semaines à venir », insiste Dominique Sorain.

Pas de changement jusqu’à la fin juin

Les deux responsables n’ont pas annoncé d’évolution des conditions d’arrivée en Polynésie avant la fin juin. Les vols de continuité territoriale devraient donc se poursuivre, avec à leur bord du matériel médical (4 000 tests de dépistage sont attendus dans les soutes du prochain vol) et des résidents rapatriés de métropole. Près de 400 personnes ont pu embarquer à bord de ces vols ATN affrétés par l’État lors des cinq premiers vols. Trois rotations sont prévues au mois de juin avec des retour à Papeete les 10, 20 et 30 juin.

Tous les passagers de ces vols devront donc bien subir une quatorzaine obligatoire. « En centre dédié ou à domicile, ça il n’y a pas de problème » assure Édouard Fritch. Dans les faits, une petite minorité de voyageurs ont pu, jusqu’à présent, effectuer leur quatorzaine à domicile : ils doivent répondre à certaines conditions strictes, recevoir un avis positif de la direction de la Santé, et financer leur transport et leur surveillance sanitaire à hauteur d’environ 50 000 francs par personne.

Une « septaine » et des vols depuis Paris du 3 au 15 juillet

Une « phase de transition » devrait être mise en place à partir de début juillet. Le trafic aérien commercial pourra reprendre.  Air Tahiti Nui recommencera à voler le 3 juillet, uniquement sur la ligne Tahiti – Paris (via le Canada, comme l’a confirmé le PDG d’ATN Michel Monvoisin). Édouard Fritch indique que les premiers vols d’ATN permettront d’embarquer les résidents polynésiens bloqués à l’extérieur qui n’ont pas pu profiter des vols de continuité territoriale, ainsi que les fonctionnaires (enseignants, administration d’État, gendarmes…) qui sont attendus avant la rentrée du mois d’août. Mais les autorités ne garderont pas le contrôle sur ces réservations : n’importe quelle personne voulant se rendre en Polynésie pourra acheter son billet et embarquer.

À condition, bien sûr, de présenter un test Covid négatif avant l’embarquement. Et de se plier à une quarantaine obligatoire, ramenée à 7 jours au lieu de 14 jours. Cette « septaine » devrait avoir lieu dans les mêmes conditions que les quatorzaines actuelles, avec un test de dépistage à la sortie.

Des vols depuis l’Europe et les États-Unis sans quatorzaine à partir du 15 juillet

C’est à compter du 15 juillet que la Polynésie se rouvrira réellement au tourisme. À cette date, les vols  de et vers les États-Unis seront pleinement autorisés. Surtout, le protocole sanitaire concernant les arrivants au fenua sera encore allégé. L’obligation de quarantaine disparaîtra entièrement, pour tous les voyageurs. Ces derniers seront tout de même tenus de présenter un test Covid négatif avant de pouvoir embarquer et devront aussi disposer d’une assurance voyage internationale (certaines cartes de crédit en fournissent une automatiquement). Les touristes devront en outre signer une déclaration sur l’honneur aux termes de laquelle ils s’engagent à respecter les gestes barrières – dont le port du masque dans les lieux publics – et à signaler immédiatement tout symptôme suspect. « Nous n’auront aucun mal à faire respecter ces obligations, qui sont déjà en vigueur dans les pays d’origine de ces touristes », assure la ministre Nicole Bouteau.

D’après le président Édouard Fritch, les vols vers la Nouvelle-Calédonie et vers Hawaii pourraient aussi reprendre au 15 juillet. United Airlines et French Bee ont été informées de ces nouvelles dispositions, mais n’ont pas encore annoncé de date de reprise de vol. « On sait qu’ils veulent revenir en Polynésie », assure Nicole Bouteau.

La veille sanitaire « toujours mobilisée », voire renforcée

La Polynésie se rouvre « avec prudence », insiste le haut-commissaire Dominique Sorain qui ajoute même que la sécurité sanitaire du pays reste « l’obsession » des autorités. La direction de la Santé et la veille sanitaire, devraient rester sur le qui-vive pour « au moins 3 mois » et travaillent actuellement avec l’État au renforcement du protocole de surveillance. On sait seulement, aujourd’hui, que des équipes devraient contrôler de manière systématique les touristes pendant leur séjour – Édouard Fritch parle de contrôle « au quatrième jour ». Des contrôles symptomatiques, mais aussi des tests de dépistages, aléatoires, dans les lieux d’hébergement ou les « hubs de tourisme nautique ».

 

« Nous avons maintenant une solide expérience en la matière, nous sommes en capacité d’assurer le suivi de nos visiteurs, assure Dominique Sorain. Ça suppose une organisation très forte, c’est un véritable défi mais ça va nous permettre de redémarrer tôt ». Entre autres mesures, les hôtels devront réserver des chambres pour placer des touristes présentant des symptômes inquiétants à l’isolement avant qu’ils soient pris en charge par les autorités sanitaires.

Pas de vols vers l’Asie ou la Nouvelle-Zélande avant septembre

En revanche, le chef du gouvernement dit avoir eu confirmation « par la Première ministre néo-zélandaise » que la Polynésie ne ferait pas partie de la bulle de libre circulation mise en place entre la Nouvelle-Zélande et l’Australie. Toujours d’après Édouard Fritch, Air New Zealand devrait attendre le mois de septembre pour reprendre ses vols vers Tahiti.

ATN ne devrait pas non plus reprendre ses vols vers le Japon avant le mois de septembre. Enfin, « il n’a jamais été question » de reprendre les vols pour l’Amérique du Sud, précise Dominique Sorain. Latam, la compagnie qui assurait les liaisons Santiago du Chili – île de Pâques – Papeete a de toute façon déposé le bilan. Son avenir reste aujourd’hui incertain.

Article précedent

Des formations professionnelles en attendant la reprise post-covid

Article suivant

Deux offres spéciales d'ATN pour la reprise du trafic commercial

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

La Polynésie se rouvre au tourisme sans quarantaine à partir du 15 juillet