ACTUS LOCALESSOCIAL

La prime à 160 000 Fcfp qui bloque les négociations

Les négociations sont au point mort depuis ce weekend entre la direction de la société Aéroport de Tahiti et les pompiers grévistes de O oe to oe rima. Seul point d’achoppement des treize points du protocole d’accord proposé samedi : la demande des pompiers de bénéficier d’une prime de sujétion mensuelle SSLIA de 160 000 Fcfp, comme les pompiers des aérodromes territoriaux. Impossible, pour la direction d’ADT.

Le conflit social est toujours en cours chez Aéroport de Tahiti (ADT) mais plus aucune rencontre n’est prévue entre représentants syndicaux, grévistes et direction. Samedi, la direction a fait une proposition de protocole d’accord en 13 points qui a été soumis à sa base par O oe to oe rima. La confédération syndicale est revenue dimanche à la table des négociation avec quatre pompiers grévistes et un seul point d’achoppement : Le premier point du protocole d’accord qui ne prévoit aucune prime de sujétion SSLIA (Service de sauvetage et de lutte contre les incendies d’aéronef). O oe to oe rima demande 160 000 Fcfp par mois. La direction est ferme sur son refus. « On est parti dimanche soir sur un constat de désaccord », résume-t-on du côté d’ADT.

Prime de discorde

Pour le secrétaire général de O oe to oe rima, Atonia Teriinohorai, le syndicat a « déjà fait des concessions sur tout ». Il estime normal que les pompiers d’ADT bénéficient de cette prime SSLIA « comme les pompiers des aéroports territoriaux ». Le syndicaliste se dit même prêt à laisser ADT budgéter cette prime cette année pour la mettre en place l’an prochain. Mais du côté de la direction, on balaye catégoriquement. Pour le directeur d’ADT, Eric Dumas, la situation des pompiers des aérodromes territoriaux et de ceux d’ADT n’a rien à voir. Les premiers sont des fonctionnaires territoriaux rémunérés par le salaire de base de la fonction publique auquel s’ajoute la prime de sujétion SSLIA. Les seconds sont des employés de la société dont le salaire de base (300 000 Fcfp net en début de carrière, NDLR) comprend déjà toutes les composantes du métier de pompier.

Perturbations à prévoir

Lundi la direction d’ADT s’attendait à des perturbations sur les prochains vols à l’international. Les trois autres aérodromes d’Etat gérés par ADT (Bora Bora, Raiatea et Rangiroa) n’ont aucun personnel gréviste. Ils ont donc envoyé en renfort quelques bénévoles pour renforcer les effectifs à Tahiti-Faa’a. Mais même avec le service lié aux non-grévistes, des vols internationaux pourraient être retardés dans les prochains jours. Les réquisitions annoncées par le haut-commissaire pourraient changer la donne. « Mais il faudra les chopper », glissait lundi soir une source syndicale.

Article précedent

MMA : Flore Hani remporte par TKO son premier combat en Australie

Article suivant

Le va’a pour tous c’est possible !

10 Commentaires

  1. 23 mai 2017 à 6h09 — Répondre

    Un nouveau moustique a fait son apparition à Tahiti.
    Il s’agit du moustique rouge à sirène intermittente qui inocule l’encéphalite aérodromique, maladie particulièrement tenace qui laisse des séquelles neurologiques graves. Peu s’en remettent totalement et tombent dans la schizophrénie.
    Ils éprouvent des difficultés à établir un contact avec leur entourage qui les rejette tant leur désir reste inacceptable. Ceux qui en réchappent, comprennent alors qu’ils ont été manipulés par un gourou malfaisant, lui-même déjà porteur de ce virus.
    Souhaitant que ce moustique ne fasse pas trop de victimes dans notre cher fenua.

  2. 23 mai 2017 à 6h14 — Répondre

    Ils gagnent déjà au minimum 3 fois le smig. Ils veulent une prime supérieure au smig soit un salaire minimum de 4 fois le smig. Est ce qu’ils réalisent qu’un polynésien sur 3 vit en dessous du seuil de pauvreté et eux les nantis payés avec de l’argent publique ils veulent encore aggraver les injustices. Il ne faut pas s’étonner après que la criminalité explose..

  3. chaval
    23 mai 2017 à 6h29 — Répondre

    160.000 frs de plus par mois prime de sauvetage et de lutte contre les incendies d’aéronefs ? Il est vrai qu’il y a au moins trois ou quatre avions qui se crachent et brûlent chaque mois, il est vrai qu’ils passent le plus clair de leur temps à éteindre des incendies, de qui se moque-t-on ? Qu’est ce qu’ils fument les syndicats ?

  4. Iritahua
    23 mai 2017 à 6h42 — Répondre

    160 000 XPF en prime, il déconne à bloc le président du syndicat « E AHA TE IE MAI’A MA » une prime plus d’un smig, de foutre la gueule du monde, de l’exagération. Trouve les une faille et le licenciement vite fait, bien fait. Les pompiers on ramasse à la pelle, ils ne sont pas irremplaçables.

  5. Tiare 1
    23 mai 2017 à 7h51 — Répondre

    Voir que cette grève est axée sur des revendications pécuniaires est indécent en comparaison à la pénibilité d’emplois de d’autres personnes dans des secteurs fragiles, où les salaires sont vraiment misérables ,insuffisants pour leur permettre de vivre de façon convenable. De la survie, pour ces dernières…

  6. simone grand
    23 mai 2017 à 8h21 — Répondre

    Délirant

  7. Gilles
    23 mai 2017 à 8h57 — Répondre

    Purement scandaleux !!!

  8. Tehau
    23 mai 2017 à 22h20 — Répondre

    Lamentable

  9. M
    30 mai 2017 à 7h12 — Répondre

    Sd

  10. TEIHO Bruno
    30 mai 2017 à 7h20 — Répondre

    Bouh,les mechants grévistes pompiers qui osent réclamer les miettes,pourquoi oser s’aligner aux pauves qui gagnent 1million par çi 2 millions par là et qui chiche vont brandiraussi leurs fiches de paie!allez la direction un petit effort!pas que les riches pompiers quand même

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La prime à 160 000 Fcfp qui bloque les négociations