INTERNATIONAL

La rédaction d'iTELE se met en grève contre Morandini

Paris (AFP) – Les journalistes d’iTELE (groupe Canal+) se sont mis en grève lundi à une écrasante majorité contre l’arrivée à l’antenne de l’animateur Jean-Marc Morandini, mis en examen pour « corruption de mineur aggravée », et qui doit démarrer cette semaine sur la chaîne.

Réunie en assemblée générale, la rédaction a voté à 85% (116 sur 136 votes) en faveur d’une grève de 24 heures reconductible, à partir de 11h30, ce qui empêchera le lancement de l’émission de l’animateur, prévu lundi soir, sauf enregistrement à l’extérieur.

A la mi-journée, La chaîne rediffusait des magazines et JT réalisés avant le vote. Une nouvelle AG est prévue mardi matin.

Signe supplémentaire de malaise, Alexandre Ifi, directeur adjoint de la rédaction, un pilier d’iTELE depuis son lancement en 1999, a annoncé lundi matin son départ de la chaîne à partir de la mi-novembre. Il a été applaudi par les journalistes présents.

Le groupe Canal+ n’avait pas réagi à la grève à la mi-journée.

C’est la deuxième grève dans l’histoire de la chaîne après celle de quatre jours menée en juin après l’annonce d’importantes réductions d’effectifs. 

L’affaire Morandini a déclenché une crise à iTELE depuis que la direction a confirmé le 7 octobre l’arrivée de l’animateur, mis en examen à la suite de castings douteux pour une websérie érotique. Il doit animer la tranche 18H00-19H00 avec une émission sur les médias.

Indignée par cette arrivée, qui compromet selon elle l’image de la chaîne, la rédaction a voté la semaine dernière à 92% une motion de défiance contre la direction. 

– Ambiance dégradée –

La réponse n’a pas tardé: préférant se passer des mécontents plutôt que de Morandini, la direction a annoncé l’ouverture d’une possibilité de départ par « clause de conscience » (avec indemnités) pour tous ceux qui ne souhaitent pas travailler avec l’animateur, au nom du respect de la présomption d’innocence.

Europe 1 a pris le parti inverse en suspendant d’antenne l’animateur depuis la rentrée.

Jean-Marc Morandini a signé une tribune dans Le Monde pour demander à ses futurs collègues « de respecter [ses] droits et de [le] laisser travailler », alors que la Société des journalistes a publié une lettre ouverte lui demandant de « ne pas venir ».

Depuis samedi, l’affaire a gagné les réseaux sociaux, avec le hashtag #JeSoutiensiTELE, repris par de très nombreux journalistes et personnalités dont Bruce Toussaint, Rama Yade, Léa Salamé, ou encore la société des rédacteurs du Monde, par la voix de son président Paul Benkimoun. 

L’enquête visant Jean-Marc Morandini a été ouverte à la suite de plaintes déposées par deux hommes, mineurs à l’époque des faits, après des révélations du magazine « Les Inrocks » sur le tournage d’une websérie produite par Morandini, « les Faucons ».

En septembre, Jean-Marc Morandini a été mis en examen pour « corruption de mineurs » et « corruption de mineurs aggravée » par l’utilisation d’un moyen de communication électronique, et été interdit d’approcher des lieux fréquentés par des mineurs.

La décision de le mettre malgré tout à l’antenne, officiellement pour relancer l’audience, aurait, selon Le Monde, été imposée par Vincent Bolloré lui-même, qui a longtemps travaillé avec Jean-Marc Morandini dans sa chaîne Direct 8, mais aussi dans son quotidien Direct Matin et au sein du site Jeanmarcmorandini.com, dont Bolloré a été actionnaire majoritaire.

Cette affaire alourdit encore l’ambiance à iTELE, chaîne déficitaire dont l’audience stagne autour de 1%, et qui attend toujours le plan de relance promis par Vincent Bolloré en 2015.

Au contraire, après avoir remplacé brutalement tous les dirigeants, le patron de Canal+ a mis en place un plan d’économies drastiques en supprimant la plupart des pigistes. iTELE sera rebaptisée CNews le 24 octobre.

Une autre affaire embarrassante pour Canal+ a été relancée lundi, avec la plainte déposée contre Vincent Bolloré par trois journalistes qui l’accusent d’avoir empêché en 2015 la diffusion par Canal+ d’un documentaire dénonçant un système d’évasion fiscale au Crédit Mutuel, banque partenaire de Vivendi.

Dernière pierre dans le jardin de Canal+, France 2 va récupérer son « Zapping » , émission supprimée cet été par Vincent Bolloré.

Jean-Marc Morandini le 19 juillet 2016 à Paris. © AFP

© AFP/Archives GEOFFROY VAN DER HASSELT
Jean-Marc Morandini le 19 juillet 2016 à Paris

1af8b02b90e17444dc837d3949036a11d29fddec-1
Article précedent

PSA: des départs volontaires pour la quatrième année consécutive

1288f99807f5f14c336a84e743bf6d87a64f9d25
Article suivant

Allemagne: des disparus et des blessés après une explosion chez le chimiste BASF

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La rédaction d'iTELE se met en grève contre Morandini