ACTUS LOCALESÉVÉNEMENT

La Tahiti Fashion Week en mode digital

Pas question d’annuler la 8e édition de la Tahiti Fashion Week, mais innover quand même : c’est une version 100% digitale qui va débuter le 5 octobre, diffusée sur les réseaux sociaux et sur TNTV. Chaque jour jusqu’au 17 octobre, un film mêlant mode et images de la Polynésie sera diffusé pour mettre en valeur designers et bijoutiers locaux, sur fond de carte postale polynésienne pour contribuer à mettre notre destination en valeur.

La Tahiti Fashion Week aussi s’adapte à la crise sanitaire, et cette 8e édition ne proposera pas de défilés dans les jardins de l’assemblée, ni de concours de mannequins. Pour autant, elle aura bien lieu, mais sur la toile, sous forme de vidéos qui seront mises en ligne chaque jour vers 18 heures sur les supports de la TFW : Facebook, Instagram, YouTube et le site web de l’événement. Comme New York, Paris ou Milan, la Tahiti Fashion Week prend le parti de se montrer sur Internet.

À partir du 5 octobre, la Tahiti Fashion Week publiera chaque jour sur les réseaux une des douze vidéos qui ont été réalisées par Emmanuel Juan, dans lesquelles une quarantaine de mannequins, femmes et hommes, sont habillés et parés par 25 créateurs de mode et de bijoux. Alberto V, le directeur artistique qui est à l’origine de l’événement, ne veut pas trop en révéler, mais promet des vidéos « magnifiques. »

On retrouvera notamment des valeurs sûres de la mode locale, comme Gaëlle F., Arona Paris de Karl Wan, Raimana Cowan qui vit et travaille à New York, ou encore Flying Cloud, Tahiti Glamour, Miliani Créations, etc.

Une promotion de Tahiti et Ses Îles au travers du savoir-faire de nos créateurs

Chaque vidéo de 2’30’’ fait honneur non seulement aux créateurs de mode et de bijoux, mais aussi à la destination Tahiti et Ses Îles. Un court-métrage de 26 minutes sera aussi diffusé. Filmées en extérieurs, ces vidéos mettent en avant nos paysages, nos lagons et nos plages. « On aurait pu se simplifier la vie et filmer un podium. Mais j’ai dit non, le tourisme nous a toujours beaucoup aidés, on va aider nous aussi », dit Alberto, notamment en mettant à l’honneur le savoir-faire des créateurs de costumes végétaux.

Le concours de mannequins repoussé

Alberto V., n’a pas voulu tenir le concours de mannequins cette année, même si la sélection des finalistes était déjà au point avec l’agence Brave Models de Milan : « impossible de faire venir des gens de Milan ou Paris dans ces conditions, alors qu’on ne sait même pas s’ils vont pouvoir monter dans l’avion », rappelle-t-il. Sans compter que les agences de mannequin du monde entier sont en train de vivre des heures très difficiles, avec une activité réduite au minimum qui n’est pas propice aux premiers pas d’un mannequin débutant.

Reste la mode, celle de créateurs locaux dont certains, dit Alberto V., ont bien tiré leur épingle de la crise du covid : ils ont vu affluer chez eux des clientes qui, ne pouvant pas voyager, se sont tournées vers eux pour rester élégantes. « Ce n’est pas une compétition, insiste-t-il. La compétition ça tue la création, je trouve. Mais même en ligne, ça peut rester festif. »

©CP/Radio1

Article précedent

La Rétro du week-end BENNY SOIT-IL du 28-09-2020

Article suivant

Recette du jour : Sablé chocolat et cacahuète

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

La Tahiti Fashion Week en mode digital