EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

La Terre : va-t-on droit dans le mur ? – Edito 14/11/2017

Hier un ami partageait un article dont tous les médias y compris locaux ont rapporté l’information principale, c’est à dire le cri d’alarme de plus de 15 000 scientifiques issus du monde entier sur l’état de notre planète et son devenir à plus ou moins courte échéance. Avec humour et pertinence il l’accompagnait de la réflexion suivante : « Est-il utile de klaxonner quand on fonce dans le mur à 150 km/h ? ».

C’est super intéressant de poser le problème de cette façon. C’est évidemment de la provocation, mais de la bonne provoc. Car si en effet on part du principe que de toute façon tout est foutu, alors allons-y gaiement dans le mur. Par contre ce qui ressort de ce manifeste c’est que justement, malgré un péril imminent et sérieux, on peut encore l’éviter et qu’à ce titre klaxonner peut encore valoir la peine.

Mais comment klaxonner ? J’ai vu pas mal de commentaires sur internet de personnes qui étaient certes alarmées mais qui estimaient que c’était surtout aux gouvernements de prendre toute la portée de cette mobilisation inédite de scientifiques internationaux autour de la déconfiture de notre monde. Certes mais qui sont nos gouvernants ? Ils sont ceux qui nous représentent, ceux qui sont censés porter nos aspirations. Si en cours de route, on perçoit avant eux la portée du danger dans lequel nous sommes, c’est à nous d’intervenir pour qu’ils collent aux réalités selon notre point de vue. D’ailleurs le manifeste de ces spécialistes de tout bord le préconise, on peut y lire par exemple que « les responsables politiques étant sensibles aux pressions, les scientifiques, les personnalités médiatiques et les citoyens ordinaires doivent exiger de leurs gouvernements qu’ils prennent des mesures immédiates car il s’agit là d’un impératif moral vis-à-vis des générations actuelles et futures des êtres humains et des autres formes de vie ». C’est parce que des associations ou autres collectifs auront mis le doigt là où ça fait mal et que leurs actions continueront d’être relayées par les médias, que la prise de conscience en hautes sphères pourra se faire. Avez-vous vu l’incroyable somme d’immondices récupérés entre Vaiare et Temae samedi par les bénévoles de Nana Sacs Plastiques ? C’est tout simplement affligeant. On en a mal à notre Fenua. Sauf que la responsabilité n’incombe-t-elle qu’aux politiques en l’espèce ? Bien évidemment que non, et cela démontre bien qu’il est temps de nous remettre nous aussi, nous qui sommes en bas de l’échelle, en question par rapport à notre mode de vie.

Nombreux sont ceux qui devront se rhabiller car ils pensaient que l’affaire était gagnée parce qu’une seule, oui une seule, scientifique française estimait dernièrement que nos atolls ne coulaient pas au vu je cite « des relevés effectués ces dernières années ». Pourtant, à côté de ça ils sont des centaines d’éminents spécialistes à indiquer que la fonte des glaces et la montée du niveau de la mer est devenue à présent exponentielle, et qu’elle pourrait être d’au moins un mètre d’ici la fin du siècle. Alors à nous tous, et il en va de la survie de notre espèce de ne pas cacher cette vérité que l’on ne saurait voir, et de faire remonter en bloc nos préoccupations à ceux qui nous gouvernent. Il reste une dernière sortie de secours avant de se prendre le mur …

Article précedent

La mission impossible de la Caisse de soutien au coprah

Article suivant

Les travaux du Mahana Beach eux aussi illégaux

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La Terre : va-t-on droit dans le mur ? – Edito 14/11/2017