AFPINTERNATIONAL

La victoire de Trump fait le bonheur… d'un fabricant de masques au Japon

Saitama (Japon) (AFP) – Depuis l’élection de Donald Trump, une petite entreprise japonaise se frotte les mains: les masques qu’elle fabrique à l’effigie de l’excentrique président élu des Etats-Unis se vendent par milliers.

Ogawa Studios, numéro un de son domaine au Japon, a vu les clients affluer après la victoire surprise du magnat de l’immobilier le 8 novembre. 

« Je ne sais pas si c’est une bonne chose pour le Japon, mais pour nous, fabricant de masques de caoutchouc, la demande a explosé depuis qu’il a gagné », a déclaré à l’AFP Takahiro Yagihara, un responsable de la société basée à Saitama, au nord de Tokyo.

L’accession de Donald Trump à la Maison Blanche inquiète dans l’archipel, grand allié des Etats-Unis en Asie, à la fois d’un point de vue économique et sécuritaire. 

Le milliardaire veut abandonner l’accord de libre-échange transpacifique (TPP) cher au Premier ministre nippon Shinzo Abe et, pendant la campagne, il avait dit envisager le retrait des soldats américains présents au Japon.

La compagnie, qui fabrique des masques à l’image de politiciens, personnages de dessins animés, lutteurs de sumo ou encore de Bouddha, a commencé à commercialiser ce produit au mois de mai, au prix de 2.400 yens (20 euros).

Elle en a vendu 1.800 dans les mois qui ont suivi jusqu’à l’élection, puis 5.000 en seulement quelques jours, et espère en livrer 8.000 de plus d’ici la fin de l’année, principalement à destination de clients japonais.

« M. Trump est toujours en colère et hurle pendant ses discours, ce type de spectacle se prête parfaitement à la confection d’un masque », explique M. Yagihara. « Cela n’aurait pas été le cas avec (Hillary) Clinton ».

Son prédécesseur était aussi très apprécié. « La popularité de Barack Obama dépassait celle de M. Trump mais j’ai bon espoir qu’il comble le retard », sourit l’artisan.

Dans les ateliers de l'entreprise japonaise Ogawa Studios, le 22 novembre 2016 à Saitama, au nord de Tokyo. © AFP

© AFP TOSHIFUMI KITAMURA
Dans les ateliers de l’entreprise japonaise Ogawa Studios, le 22 novembre 2016 à Saitama, au nord de Tokyo

Direction des douanes © Cédric Valax
Article précedent

La condamnation à 565 millions de Tahiti F&B

7431a52afb01864fbb58dd8d5c232ca14d535b35
Article suivant

Des forains occupent momentanément la place de la Concorde

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

La victoire de Trump fait le bonheur… d'un fabricant de masques au Japon