ACTUS LOCALESPOLITIQUE

L’Accord de Papeete à l’étude au CESC

Le Président Edouard Fritch a présenté, vendredi matin, à la commission de l’Economie du Conseil Economique Social et Culturel (CESC), en présence du président de l’institution, Winiki Sage, le contenu de l’Accord Etat-Pays pour le développement de la Polynésie française.

Le Président de la Polynésie a tout d’abord rappelé que cet Accord, signé en mars dernier, à l’Elysée, avec le Président de la République, François Hollande, s’inscrivait dans la continuité de la volonté de ce dernier suite à sa visite officielle en Polynésie en février 2016. Il a également insisté sur le travail de concertation des deux exécutifs, le gouvernement de la République et le gouvernement de la Polynésie française, auquel notamment les parlementaires et les représentants communaux ont été associés.

Cet Accord s’inscrit dans la continuité de la loi sur l’égalité réelle, adoptée à l’unanimité par le Parlement, et les plans de convergences qui devront être négociés avec l’Etat. Il se structure autour de trois ambitions prioritaires pour la Polynésie française et l’Etat, d’ici 2030 :

  • Refonder le pacte républicain entre l’Etat et la Polynésie française, en dépassant le « fait nucléaire » et en consacrant l’autonomie de la Polynésie française au sein de la République,
  • Accompagner le développement économique de la Polynésie française, en poursuivant l’aménagement et le développement du territoire polynésien, en consolidant un environnement économique porteur d’activité et d’emploi et en œuvrant en faveur du désenclavement des archipels de la Polynésie française,
  • Offrir des conditions de vie toujours plus favorables aux Polynésiens, en poursuivant la construction d’un système de santé performant et protecteur, en offrant à tous les conditions d’une insertion professionnelle et sociale réussie et en garantissant aux Polynésiens un cadre de vie agréable et respectueux de leurs traditions et de leur culture.

Le Président a souligné que l’Accord Etat-Pays pour le développement de la Polynésie française a été conçu dans une approche basée sur le réalisme, sans esprit partisan, en veillant à l’intérêt général, en abordant les sujets essentiels de développement copartagés par le Pays et l’Etat, et en intégrant les préoccupations des communes.

Le texte étant soumis pour avis au CESC, le Président a indiqué qu’il était également ouvert à toutes propositions d’amendement sur les objectifs présentés au travers de l’Accord, tout en rappelant que le gouvernement a négocié sur ce sujet, avec l’Etat, en tenant compte des réalités économiques et budgétaires de la Nation. En outre, il a rappelé que les mesures évoquées ont fait l’objet d’un travail et d’un accord interministériels en ce qui concerne le gouvernement central.

Communiqué de la Présidence.

Article précedent

La violoniste Elsa Grether en concert à Tahiti et Moorea

Article suivant

Une scootériste de 16 ans entre la vie et la mort

2 Commentaires

  1. 8 avril 2017 à 8h55 — Répondre

    C’est vraiment se moqué de la gueule de la population Ma’ohi, comme si nous étions des illettrés.

    1- Refonder le pacte républicain entre l’Etat et la Polynésie française, en dépassant le « fait nucléaire » ou tous simplement OUBLIE / ARCHIVE pour l’ÉTERNITE !!

    2- Consolidant un environnement économique porteur d’activité et d’emploi.
    Ou et la Loi sur – LA PROTECTION DE L’EMPLOI LOCAL.

    3- Offrir des conditions de vie toujours plus favorables aux Polynésiens.
    Nous sommes plus de 50 000 chômeurs ici a Tahiti, plus de la moitié de la population son dans la précarité.

    4- Construction d’un système de santé performant et protecteur,
    QUE LE Gouvernement du Territoire, PAIE sa DETTE a la CPS….

    5- Insertion professionnelle et sociale réussie et en garantissant aux Polynésiens un cadre de vie agréable.
    * LA PROTECTION DE L’EMPLOI ET LA GARANTIE AUX POLYNÉSIENS UN CADRE DE VIE AGRÉABLE.

    6- Respectueux de leurs traditions et de leur culture.
    INTÉGRER DANS L’EDUCATION NATIONAL DE NOTRE COLLECTIVITÉ NOS ENFANTS

  2. Moana
    10 avril 2017 à 4h38 — Répondre

    Bavardage coûteux, missions d »études dispendieuses, hôtels et frais de bouche le gouvernement Hollande et le pseudo gouvernement Fritch ont batifolé avec délectations dans la luxure monarchique républicaine où les hauts fonctionnaires et leurs nervis ont accaparé le pouvoir et pillent sans vergogne la démocratie dont tous les concitoyens sont actionnaires. Les actionnaires voteront ils encore pour les voleurs ? Nunaa réveille toi !!!

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’Accord de Papeete à l’étude au CESC