EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Lady Gaga : des bisous mais pas de selfie – Edito 13/08/2018

Depuis que le resort ultra luxueux le Brando a ouvert ses portes à Tetiaroa on a nettement l’impression que la Polynésie accueille de plus en plus de célébrités. Si Barack Obama y a séjourné quelques semaines et a pu y côtoyer la star des talk-shows américains Ellen De Generes, tout dernièrement ce sont d’autres rencontres plus improbables qui ont eu lieu. Ainsi le Prince Albert de Monaco et son épouse Charlène séjournaient sur l’île de Feu Marlon en même temps que Lady Gaga. Tous ces gens de la jet set je m’imaginais qu’ils voyageaient tous en avions privés, parce que la première classe d’une compagnie aérienne régulière ce ne serait pas digne de leur rang, trop vulgaire. Et bien, que nenni.

A la surprise générale de quelques fans abasourdis, Lady Gaga sort avec son petit ami d’un taxi conduit par une mama, et pousse son chariot dans le hall de l’aéroport pour aller enregistrer et embarquer. Surréaliste, et aucun service de sécurité particulier. Les polynésiens sont adorables, ils ne sont pas dans la fan attitude outrancière, où l’on se dit que les stars nous appartiennent, qu’on a le droit de leur hurler dessus, de leur sauter dans les bras, de les photographier qu’ils le veulent ou non. Au Fenua, on demande poliment. C’est sans doute pour ça que les vedettes internationales se passent le mot, on est très gentils par rapport au reste du monde et cela contribue sans aucun doute à préserver cette image de dernier paradis sur terre. Ici, la notoriété et le star system n’ont pas corrompus les masses, on reste humain.

Après un fan reste un fan, lorsqu’il voit son idole, qui je le rappelle à tout fait pour devenir une idole, il a envie de l’approcher de garder un souvenir. Revenons-en donc à Lady Gaga, si elle a gentiment accepté de faire des bisous à ceux qui se sont présentés à elle, elle a pourtant refusé tous les selfies. C’était quoi le souci ? Elle avait les cheveux en vrac ? Elle n’avait pas eu le temps de se maquiller ou ça avait coulé ? En fin de séjour elle n’avait rien de propre et portait des guenilles épouvantables ? Rien de tout ça en fait, car malgré tout, des photos ont fuitées, et elle était tirée à 4 épingles dans un ensemble casual haute couture, et avait une mine impeccable. Dans ce cas-là pourquoi refuser à ses fans du bout du monde une photo souvenir ? Pourquoi contribuer à créer de la frustration là où elle n’a pas lieu d’être ? Tout simplement car la maîtrise de leur image quand ils le peuvent, et une des seules choses qui reste à ces gens dont la vie est publique dans des proportions qui seraient insupportables au commun des mortels. Il ne s’agit pas de plaindre ces pauvres milliardaires, qui je le répète ont tout fait pour en arriver où ils en sont, mais ils méritent tout de même un peu d’empathie. C’est donc par principe que Lady Gaga a dit non, sans maîtrise de l’éclairage, du nombre de megapixels du smartphone qui prend la photo, et d’un retoucheur photoshop professionnel à portée de main, on ne prend pas de risques. Une photo postée sur les réseaux sociaux à Tahiti a dorénavant le potentiel de faire, quelques heures après, la Une d’un quotidien national ou d’un magazine à scandale. Le progrès qu’on n’arrête pas a donc le potentiel de vicier le Paradis.

Article précedent

3 000 kilomètres et 80 000 Fcfp pour un Tahiti-Hereheretue

Article suivant

Le journal de 7h30, le 14/08/2018

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Lady Gaga : des bisous mais pas de selfie – Edito 13/08/2018