ACTUS LOCALESECONOMIE

L’appel d’offre pour l’électrification de Secosud est lancé

Après l’annulation par le haut-commissaire du dernier avenant au contrat passé par Secosud avec EDT, l’appel d’offre pour l’électrification des communes du Sud de Tahiti a enfin été lancé. Les candidats ont jusqu’au 26 septembre pour déposer leurs offres. Le choix du futur concessionnaire pourrait être fait début 2017.

C’est un appel d’offre sous haute tension qui vient enfin d’être lancé par le syndicat des communes du Sud de Tahiti, Secosud, pour la concession pour la distribution publique d’électricité pour les quatre communes de Hitia’a o te Ra, Taiarapu Est et Ouest et Teva i Uta. L’actuel contrat de concession a été passé en 1988 avec EDT pour une durée de 25 ans. Il aurait dû être renégocié en 2013, mais sa durée a été prolongée par trois avenants successifs jusqu’au 31 octobre 2016. En juillet dernier, Tahiti Pacifique Hebdo avait révélé le refus du haut-commissaire d’accorder un nouveau délai à Secosud pour préparer son appel d’offre. Le représentant de l’Etat avait menacé d’annuler le quatrième avenant de six mois à la concession de 1988 demandé par Secosud. Résultat, Secosud s’est dépêché de lancer son appel d’offre ces dernières semaines. Les candidats ont jusqu’au 26 septembre pour déposer leurs offres. Le choix du concessionnaire pourrait être fait début 2017. Reste donc une question en suspens… Quid de la période du 31 octobre à début 2017 ?

Dossier électrique, économique et politique

Parmi les candidats susceptibles de se lancer dans la course, on pense évidemment au groupe EDT-Engie et à Teva Rua de Teva Sylvain et Dominique Auroy. Cégélec s’était également positionné un temps avant de se retirer de la course. Et malgré les nombreux appels à la « concurrence » dans le secteur, il est encore difficile d’imaginer aujourd’hui que pléthore de candidats se présenteront pour un marché aussi vaste et technique. Mais ce qui est certain, c’est que cet appel d’offre va encore faire couler beaucoup d’encre dans les mois à venir. Le groupe Facebook « Unis pour une électricité plus juste » est aussi actif que vigilant sur le sujet depuis des mois. Dans le même temps, l’élue UPLD et ancienne maire de Teva i Uta, Valentina Cross, a fait du marché de Sécosud et de la croisade contre EDT son véritable cheval de bataille politique.

Et entre l’appel d’offre de Secosud, la commission d’enquête de l’assemblée sur l’énergie, la plainte de Tina Cross pour favoritisme et celles de Nuihau Laurey pour diffamation, la réforme du code de l’énergie et la sortie d’EDT de la TEP… La fin d’année 2016 promet d’être électrique.

Article précedent

Incendie au dessus de Temaruata

Article suivant

Syrie: Américains et Russes s'accordent sur une trêve et une éventuelle coopération militaire

1 Commentaire

  1. Teriivaea
    10 septembre 2016 à 7h33 — Répondre

    Là encore, l’élément essentiel que la puissance publique se doit d’assurer c’est la transparence des marchés et le caractère équitable de la compétition. Concrètement, en ce qui concerne la délégation de service du SECOSUD, il convient que les concurrents potentiels du delegataire actuel et toujours postulant EDT ENGIE, soient assurés que le prix de l’indemnité de fin de concession à verser au delegataire actuel d’une part, et les prix d’achat du kWh thermique (EDT) et hydroélectrique (Marama Nui) qui seront distribués d’autre part, soient justes et équitables. Est-ce véritablement ici le cas? L’usager de service public et meme les concurrents potentiels à la délégation ont-ils au moins accès aux informations qui leur permettraient d’effectuer la vérification de ce caractère juste et équitable? En l’espèce, poser la question c’est déjà y répondre. Pourquoi croyez-vous que CEGELEC se soit désistée ?

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

L’appel d’offre pour l’électrification de Secosud est lancé