ACTUS LOCALESTOURISME

Le boom du charter nautique en Polynésie

© FB Poe Charter Tahiti

La Polynésie est le leader régional du charter nautique devant la Nouvelle-Zélande et l’Australie, a annoncé lundi matin, le ministère du Tourisme. Les professionnels du charter nautique locaux le confirment, l’activité ne cesse d’augmenter d’année en année boosté notamment par un « effet French Bee » sur la clientèle. Aujourd’hui, la filière s’organise avec la création d’un cluster du charter nautique.

Avec 113 navires, la Polynésie se classe en tête des destinations de charter nautique de la région Pacifique, devant la Nouvelle-Zélande et l’Australie, a annoncé lundi matin, le ministère du Tourisme après la réunion de la commission consultative de la navigation charter. Sur une année, le charter nautique, c’est-à-dire la location de navire de plaisance, a généré 1,5 milliard de retombées économiques directes.

Du côté des professionnels du secteur, même son de cloche, le charter nautique polynésien est en pleine expansion. « Nous avons commencé l’activité il y a huit ans », explique Bruce Andrieux, gérant de Poe Charter, « et depuis nous n’avons fait que croître et acheter des bateaux supplémentaires ». Selon le professionnel, les lagons polynésiens font la renommée de la destination pour les amateurs de voiliers.

 CHARTER 01

Honeymooner, familles, groupes d’amis, étrangers ou résidents… La clientèle est variée et « la Polynésie est largement compétitive par rapport à des destinations comme les Antilles ou la Méditerranée », explique Bruce Andrieux. Pour le professionnel, cette compétitivité est rendue possible par la défiscalisation pour l’achat, très coûteux, de navires. Cette année, la société Dream Yacht Tahiti a bénéficié de 212 millions de Fcfp de défiscalisation pour l’achat de 7 navires, et Tahiti Yacht Charter de 164 millions de Fcfp pour six navires.

Bruce Andrieux le confirme, l’arrivée de French Bee a également permis à des plaisanciers au budget plus restreint de s’offrir le voyage jusqu’en Polynésie.

Pour autant, le développement des infrastructures ne va pas assez vite dans les îles. Pour l’instant seules Raiatea et Tahiti sont équipées pour développer une activité de charter nautique. Mais le gérant de Poe Charter est confiant « le ministère a pris conscience de l’importance du secteur » notamment pour ce qu’il représente en hébergement par rapport à des hôtels. Un cluster du charter nautique est donc en cours de création avec Tahiti Tourisme.

Le ministère travaille également à la mise en place de l’obligation de la licence administrative de charter notamment « pour éviter le black charter, genre de airbnb du charter, en réglementant le charter comme n’importe quelle profession touristique » explique le gérant de Poe Charter.

Article précedent

Les tarifs du haut débit aux Marquises et aux Tuamotu

Article suivant

Le CESC s’invite dans le débat sur le toilettage du statut

1 Commentaire

  1. Toucekomplic
    19 décembre 2018 à 10h29 — Répondre

    Apparemment, les restrictions drastiques en cours des mouillages à Moorea (PGEM) et à Bora-Bora ne vont pas du tout dans le sens d’un développement du charter de voiliers en Polynésie ….
    Comme on a pu le lire dans le passé, il suffit qu’une activité se développe pour que l’administration s’en mêle, et la fasse s’effondrer en quelques années …

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le boom du charter nautique en Polynésie