ACTUS LOCALESSOCIAL

Le bras de fer des cantiniers de Moorea continue

Le rififi entre la commune de Moorea-Maiao et la fédération des cantines scolaires, Ta’u Tama Here, n’est toujours pas terminé. Mercredi dernier, la commune a lancé des avis de recrutement pour la régie communale qui sera mise en place dès la rentrée prochaine. Mais les employés de la fédération Ta’u Tama Here n’ont pas postulé et craignent toujours d’être repris sans leur ancienneté.

L’ambiance n’est toujours pas au beau fixe sur l’île sœur entre la commune et la fédération Ta’u Tama Here. Alors que les employés de la fédération finissent le déménagement du matériel à l’intérieur des cantines, ils ne savent toujours pas à quelle sauce ils vont être mangés. Surtout depuis que des appels à candidature ont été lancés, mercredi dernier, par la commune pour recruter du personnel pour la future régie des cantines scolaires. Selon Gisèle Teheiura, de la CSIP, un courrier a été envoyé au tavana de Moorea, Evans Haumani, listant les personnels à reprendre dans la future régie communale. Sans réponse, Gisèle Teheiura se dit pessimiste quant à leur avenir : « On attend, cette semaine, de voir si la commune va répondre favorablement à la liste fournie. Sinon ce sera le licenciement économique ».

Du côté de la commune, la directrice générale des services, Tania Peni, rappelle que la reprise en régie des cantines ne date pas d’hier, mais d’il y a deux ans. Elle assure que des discussions ont eu lieu sur l’avenir du personnel. « A aucun moment il n’a été proposé au personnel de la fédération un salaire minimum. On a exposé les différents paliers autorisés pour les collectivités et ils n’ont pas été d’accords avec nos propositions ». Tania Peni appelle les anciens employés à « revenir à la raison » et à déposer leur candidature avant vendredi, date de la fermeture des inscriptions.

Sur les 34 postes ouverts, 22 appels à candidature ont été lancés la semaine dernière avec de nombreux postulants. Rappelons que la mairie de Moorea et la CSIP ont encore rendez-vous le 17 juillet prochain devant le tribunal du travail, justement sur la question des conditions de la reprise des salariés de la fédération par la régie communale.

Article précedent

Pour le Conseil d'Etat, la loi Morin applicable en l'état

Article suivant

JOURNAL DE 07:30 LE 04/07/17

1 Commentaire

  1. TEHEIURA
    4 juillet 2017 à 13h53 — Répondre

    Je souhaite rappeler à la Directrice générale des services et nouvellement nommée Directrice des cantines scolaires que la fédération Tau tama here a déjà déposé la liste des 42 salariés avec leur candidature et en pièces jointes leur Diplômes, attestation d’affiliation de la cps, leur actes de naissances car la Commune devait faire la demande de leur casier judiciaire n°2 avec le tableau justifiant leur Classification professionnelle, salaire de base et brut à Tau tama here. Et tout cela a été déposé auprès du service des ressources humaines le 24 Avril 2017 avec accusé de réception. C’est ce qui a permis à la Commune de maintenir la liste de 34 salariés et de répartir les catégories en fonction des informations individuelles de chacun car il fallait retirer 8 sur les 42 salariés. 5 qui peuvent prétendre à une retraite et 3 CDD qu’ils n’ont pas voulu reprendre.
    En ce qui concerne la reprise de la gestion par la Commune, nous avons eu connaissance seulement en Novembre 2016 .
    C’est encore pire si elle affirme que ça fait deux ans. Cela veut dire qu’ils ont attendus 2 ans pour mettre le couteau sous la gorge de ce personnel et leur dire « c’est ça ou rien du tout ». C’est vrai que ça fait un peu plus de deux ans que la fédération dégage des bénéfices et ça grâce à son personnel qui a beaucoup contribué en renonçant à leur avantages prévus par la convention collective de l’hôtellerie pour sauver la fédération et privilégier leur emploi.
    Aujourd’hui toute leur carrière professionnelle est bafouée à cause des décisions Politiques pour se venger de leur défaites.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le bras de fer des cantiniers de Moorea continue