ACTUS LOCALESECONOMIE

Le BTP polynésien a connu un chiffre d’affaires record en 2021

Malgré la crise Covid, le secteur du bâtiment et des travaux publics a affiché une belle santé l’année passée : 62 milliards de francs de chiffre d’affaires, plus qu’en 2019 ou même en 2007, jusque là année de référence. 

En 2020, les patrons du BTP alertaient sur une possible catastrophe dans le secteur avec la crise Covid. Elle ne s’est pas produite, comme le montre une étude de l’ISPF publiée ce vendredi. Si la première année de pandémie a été marquée par un recul du chiffre d’affaires du secteur – 57,3 milliards de francs contre 58,6 en 2019 – l’activité soutenue de la construction de bâtiments a aidé a redresser la barre l’année passée : 62,8 milliards, un record pour le BTP polynésien. Il est vrai que ce nouveau sommet dépasse seulement d’une courte tête les résultats du secteur il y a 15 ans – 59 milliards en 2007. Mais vu la conjoncture et les inquiétudes exprimées publiquement ces deux dernières années, le résultat a de quoi être satisfaisant.

Le nombre de salariés dans la construction est lui aussi en hausse, « pour la septième année consécutive » comme le note l’ISPF. Le BTP emploie 5 480 emplois salariés (93% d’hommes, 58% de moins de 40 ans), ce qui reste en dessous du niveau record de 2009 (5 640 emplois). À 246 000 francs, le salaire moyen du secteur est en revanche inférieur à celui de la période 2015 – 2019. Le nombre d’entreprises du secteur – 4300 fin 2021 – continue lui aussi à se développer : « les entreprises du BTP représentent 13 % du nombre total des entreprises commerciales inscrites au répertoire territorial » note l’institut de statistiques et ce tissu est plus que jamais composé de micro-entreprises. 97% d’entre elles ont moins de 9 salariés, mais ces petites entreprises ne pèsent que pour 30% du chiffre d’affaire total, 30 compagnies majeures se répartissant 43% de l’activité. 

Pour autant, la situation n’est pas si rose pour le secteur : l’ISPF note une accélération de l’inflation sur les matériaux de construction dans le dernier trimestre de l’année 2021 qui s’est accentué dans les premiers mois de 2022 ainsi que des difficultés d’approvisionnement. L’ISPF note tout de même des « prévisions d’investissement positives » pour l’année à venir, tirés par les investissements de ménages, la production de crédit à l’habitat soutenu (40 milliards en 2021, +3%). Mais pas par la commande publique, qui, si elle reste à un nouveau soutenu en 2021 (16 milliards de francs mandatés par le Pays) a tendance à diminuer. À noter enfin que le BTP est de plus en plus gourmand en matériels importés : +20 % en volume et +21 % en valeur en 2021. « Les volumes de ciment, de bois et de fer importés n’ont jamais atteint un niveau aussi élevé depuis 2008 ».

 

Article précedent

Beau succès pour la Journée de la famille

Article suivant

Air Moana ambitionne d’augmenter de 30% la capacité aérienne domestique

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le BTP polynésien a connu un chiffre d’affaires record en 2021