ACTUS LOCALESSOCIAL

Le budget de la CPS ne passe toujours pas

© Cédric Valaxcps

Mercredi dernier, les administrateurs de la Caisse de prévoyance sociale (CPS) ont rejeté leur budget administratif 2018 en deuxième lecture. Si aucune solution n’est trouvée, c’est le budget 2017 qui va s’appliquer cette année à la CPS, sans aucun financement des 300 millions de Fcfp de départs en retraite programmés pour l’année 2018.

Après avoir rejeté son budget administratif en première lecture début novembre, le conseil d’administration de la CPS a de nouveau voté contre le budget 2018 de la Caisse en seconde lecture mercredi dernier. Un vote à l’unanimité pour le même motif que celui invoqué le mois dernier : les administrateurs estiment que leur budget est grevé par les 300 millions de Fcfp d’indemnités de départ à la retraite que devra verser la CPS à ses employés en 2018. Pour le président du conseil d’administration, Ronald Blaise, cette deuxième proposition de budget ne faisait pas assez d’économies. Même son de cloche du côté des syndicats de salariés, comme le confirme Angélo Frébault de la CSTP-FO.

Paradoxalement, c’est pourtant le conseil d’administration, géré début 2016 par l’administrateur unique Yves Laugrost, qui a mis en place la dépense de 300 millions de Fcfp en acceptant de passer la prime de départ à la retraite des employés de la CPS à 12 mois de salaire maximum. La mesure était une revendication des syndicats de salarié, acceptée lors du protocole d’accord de fin de grève en 2015.

Comment financer les départs à la retraite en 2018 ?

Tout le problème de cette affaire, c’est que le refus de voter le budget 2018 ne dispense par la CPS d’avoir à payer les 300 millions de Fcfp prime retraite cette année. Reste à savoir comment la financer ? La procédure d’examen du budget ne prévoit en principe pas d’examen du budget en troisième lecture. « Nous sommes en train de vérifier si c’est possible avec les juristes de la CPS », expliquait lundi après-midi le PCA de la Caisse, Ronald Blaise. Mais si aucun réexamen n’est possible, c’est le budget administratif 2017 qui s’appliquera et il faudra trouver des économies de bouts de chandelle en cours d’année pour payer les départs à la retraite de la CPS…

Article précedent

L’allocation Cotorep va être étendue aux salariés handicapés

Article suivant

Le "joint" électronique légal en France ! Et chez nous ? - Edito 04/12/2017

3 Commentaires

  1. vetea
    4 décembre 2017 à 18h10 — Répondre

    Rendez nous NOS sous..bande de profiteurs autant les syndicalistes que les salariés de la CPS déjà grassement payés ..M.Laugrost et cie ceux sont nos cotisations et à tia i mua dont vous faîtes parti a le culot de nous demander un allongement de la durée de cotisation, un départ à la retraite à 62 ans alors qu’à côté on dilapide nos sous pour engraisser encore plus ses profiteurs. assez de trimer pour le caste des privilégiés.

  2. Iritahua
    5 décembre 2017 à 6h45 — Répondre

    Allez augmenter les cotisations pour compenser, ce n’est pas aussi compliqué, bravo laugrost tu mérites une médaille de TAHITI NUL.

  3. Maohi
    5 décembre 2017 à 6h56 — Répondre

    Ce n’est pas grave, ils ont déjà la solution. Les cotisants n’auront qu’à payer la différence, ils sont tellement doux ces moutons tahitiens. Il serait temps de créer un collectif pour supprimer la CPS et créer une nouvelle société de gestion.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le budget de la CPS ne passe toujours pas