EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Le Burn out nouvelle maladie du siècle avec la dépression ? Edito 20/02/2017

Les statistiques sont parlantes, après chaque catastrophe naturelle le nombre de dépressions nerveuses est en hausse.

C’était, dit-on, la maladie du siècle dernier combattue, ou plutôt contenue, au mieux à coup de médocs, mais au pire par sismothérapie, autrement dit des électrochocs directement sur la boîte crânienne. La dépression un trouble mental mais lorsque l’on avoue à ses connaissances que l’on en est atteint cela a trop souvent tendance à provoquer chez eux une moue étrange, quasiment sarcastique. Ce qu’on ne voit pas est louche, on doit sûrement en rajouter … Mais oui c’est vrai, sûrement valait-il mieux se casser la jambe en quatre pour attirer un peu plus la compassion au lieu du doute.

Pourtant tenez-vous bien selon l’OMS la dépression est la première cause d’incapacité dans le monde où elle touche annuellement plus de 350 millions de personnes. Dans ses formes les plus sévères elle conduit au suicide, c’est le cas pour plus de 800 000 individus tous les ans. C’est donc en effet loin d’être anodin car on apprend en outre que moins de la moitié des dépressifs se soignent.

Etre dépressif ne va pas dire qu’on est fou. Faire la démarche d’aller chez le médecin pour obtenir de l’aide dès que les signes du trouble commencent à persister est bien la meilleure chose à faire avant de se laisser sombrer.

Ceci dit dans la sphère professionnelle, la dépression a servie pendant longtemps de diagnostic fourre-tout. Le terme est parfois trop générique pour certaines manifestations et conduit donc à un traitement inadapté. C’était avant de donner un nom à la nouvelle maladie du siècle, le burn out. Autrement dit, l’épuisement professionnel. Là encore beaucoup se sont dit que c’était faire des manières, une bonne excuse pour prendre du repos. C’est pourtant très sérieux. En France l’Institut de la Santé Publique évalue à plus de 30 000 le nombre de travailleurs touchés entre 2007 et 2012 avec le risque avoué à demi-mot d’être encore loin de la vérité.

Mais pourtant les choses avancent, ainsi la semaine dernière on apprenait que des députés au sein d’une mission parlementaire œuvraient pour la reconnaissance du burn out en tant que maladie professionnelle. Certes légiférer pour contribuer à ce que les a priori s’effacent est un début de réponse, mais on peut mieux faire. Spécialistes et études s’accordent donc sur le fait que l’avenir est au management bienveillant. Mais le jour où chacun apprendra effectivement à faire l’effort pour l’autre, que ce soit au boulot ou ailleurs, paraît lointain. Et si tant est que ça arrive, à vivre au pays des bisounours on trouverait peut être encore là une raison de se sentir déprimé…

Article précedent

Attentats: Paris Ile-de-France a perdu 1,5 million de touristes en 2016

Article suivant

En Chine, Cazeneuve dénonce le "recroquevillement" du "protectionnisme"

1 Commentaire

  1. 4 mars 2017 à 1h48 — Répondre

    le problème avec le burn-out, comme pour le harcèlement moral au travail, est qu’il n’y pas de pathologie psychologique spécifique, donc difficile de prouver que causé seulement par les conditions de travail : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=403

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Burn out nouvelle maladie du siècle avec la dépression ? Edito 20/02/2017