ACTUS LOCALESJUSTICE

Le cerveau de l’affaire Sofipac plaide la « négligence »

© Radio 1

L’avocat de William Bernier, Me Gourdon © Radio 1

Le procès de la retentissante affaire d’escroquerie à la défiscalisation « Sofipac » a pris fin mardi matin au tribunal correctionnel de Papeete. Après onze jours d’interruption, suite à la tentative de suicide du principal prévenu, William Bernier, le procès s’est justement achevé sur la plaidoirie de l’avocat de l’ancien patron du cabinet de défiscalisation Sofipac. L’affaire a été mise en délibéré au 19 janvier.

Comme prévu, le procès de l’affaire « Sofipac » s’est conclu mardi matin par la dernière plaidoirie de l’avocat du principal prévenu du dossier… L’affaire constitue la plus importante fraude à la défiscalisation de l’histoire de la Polynésie avec plus de 3,8 milliards de Fcfp de fausses factures pour des montages bidonnés de biens à défiscaliser en Polynésie. Le patron de la Sofipac, William Bernier, n’était pas présent. Mais cette fois-ci, son avocat, Me Gourdon, pouvait le représenter.

L’avocat de William Bernier a demandé la clémence du tribunal en évoquant des « négligences » de son client et surtout en contestant la circonstance aggravante de bande organisée reprochée aux prévenus.

L’affaire a été mise en délibéré. Les juges rendront leur décision le 19 janvier prochain…

Article précedent

Le recours contre le salaire de Fritch balayé

Article suivant

Le guichetier détourne 7 millions pour deux marabouts !

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le cerveau de l’affaire Sofipac plaide la « négligence »