ACTUS LOCALESECONOMIE

Le Chat Pito, un exemple d’auto-entrepreneuriat

Chat Pito

Le Chat Pito fait sa troisième rentrée cette année. Ce centre périscolaire a vu le jour en août 2014 grâce à la volonté de son directeur, Hildevert Lorsold. L’auto-entrepreneur est passé par un circuit de financement adapté, les banques n’ayant pas voulu le suivre. Depuis deux ans l’entreprise tourne bien et a fait appel à un CAE en renfort. Une preuve que l’auto-entrepreneuriat a de beaux jours devant lui.

En août 2014, Hildevert Lorsold décide de créer le Chat Pito, un centre périscolaire et de vacances axé sur l’art du cirque et situé à Mahina. La grande aventure de l’auto-entreprenariat débute alors avec la création d’un business plan et des rendez-vous avec les banques de la place pour obtenir un financement. Les établissements bancaires répondront par la négative à sa demande estimant que le projet n’était pas viable. C’est donc sur les conseils du directeur de l’ADIE de l’époque, Olivier Pôté, qu’Hildevert se tourne alors vers d’autres réseaux de financements adaptés aux auto-entrepreneurs. Il y trouve une oreille attentive et un mois plus tard le projet Chat Pito obtient ses crédits.

Le financement de 3,1 millions de Fcfp couvre alors l’achat de matériel pour la structure tel que le chapiteau. Mais qui dit centre périscolaire dit beaucoup d’enfants et donc des animateurs. En plus des patentés embauchés en renfort, Hildevert a fait la demande d’un contrat d’accès à l’emploi (CAE). Depuis un an c’est donc Vahinerii, 24 ans, qui est le bras droit du chef d’entreprise. Depuis son embauche, la jeune femme a été formée sur l’encadrement des enfants « pour qu’elle ait plus de cordes à son arc » explique Hildevert. Son CAE a été renouvelé pour un an pour qu’elle puisse passer un diplôme en lien avec la petite enfance en janvier 2017. Travailler au Chat Pito a donné de l’ambition à Vahinerii qui ne compte pas s’arrêter là.

La première récompense pour Hildevert est de voir son projet se concrétiser et constater son succès. Depuis deux ans, l’activité du Chat Pito a permis de stabiliser l’entreprise et de rembourser les prêts pour sa création. Pour Hildevert, l’aventure de l’auto-entreprenariat c’est surtout d’en apprendre tous les jours. Mais aussi de tout faire de A à Z, dans des domaines pas toujours maîtrisés. D’ailleurs, il conseil de ne pas hésiter à se former pour ne pas faire d’erreurs.

Pour sa troisième rentrée, le Chat Pito accueille toujours les enfants de 3 à 12 ans après l’école mais aussi pendant les vacances. Le Chat Pito c’est aussi des cours de yoga, de cirque, d’arts plastiques, d’éveil musical et des stages de Tai Chi. Le Chat Pito est aussi disponible à la location pour les anniversaires.

Article précedent

Les Tamari’i Ha’uti s’engagent pour les malentendants

Article suivant

Les journalistes du fenua bientôt protégés

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le Chat Pito, un exemple d’auto-entrepreneuriat