ACTUS LOCALESECONOMIE

Le Cluster veut une économie bleue « durable »

©Cédric Valax

Les bénévoles du Cluster maritime finalisent les derniers éléments du 4ème forum de l’économie bleue avant le rendez-vous fixé les 19 et 20 octobre. Les professionnels de l’économie bleue se réunissent cette année pour parler développement économique mais aussi développement durable, avec un thème centré sur les usages et activités au sein des espaces maritimes. Le cluster prône une « co-activité gérée et organisée ».

Chaque année depuis maintenant quatre ans, le cluster maritime réunit tous les acteurs du secteur pour échanger sur des sujets en rapport avec le développement de l’économie bleue en Polynésie. La 4ème édition du forum de l’économie bleue se déroulera les 19 et 20 octobre au Conseil économique, social et culturel (CESC). Après les problématiques de la formation ou encore des infrastructures maritimes, le cluster a décidé cette année de s’atteler à un sujet d’actualité : le développement économique et la préservation des ressources. Face aux inquiétudes des populations, comme aux Marquises à propos du projet de pêcherie industrielle, les deux objectifs peuvent sembler difficiles à associer. Pas pour le président du Cluster maritime, Gérard Siu, qui estime que « la vision, l’ADN, et la raison d’être de ce cluster, c’est de faire un développement qui garantit un emploi pour les jeunes d’aujourd’hui mais aussi pour ceux de demain. Une activité durable ».

Quatre tables rondes sont organisées autour des problématiques liées aux usages et activités dans les espaces maritimes : « réguler les usages sur l’espace lagonaire : outils juridiques », « gestion locale, participative et économique des zones lagonaires », « moyens de gouvernance et de contrôle globaux des espaces maritimes », « recommandations pour le projet d’Air Marine Gérée du Pays». Toutes ces tables rondes ont pour but de mettre à plat l’ensemble des outils de gestion et de gouvernance de l’espace maritime afin d’en définir un cadre clair. «  Pour l’instant il y a peu de textes, ce qui engendre des problèmes de gouvernance et de gestion (…) c’est le Far West avec celui qui est le plus fort qui s’impose », résume Gérard Siu. Pour le président du cluster, « poser un cadre d’organisation et de gestion est une condition indispensable au développement ».

Article précedent

Consultation citoyenne pour les assises des Outre-mer

Article suivant

La DSP enquête sur la succession de Me Bruggmann

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le Cluster veut une économie bleue « durable »