ACTUS LOCALESSOCIAL

Le gouvernement « appelle au sens des responsabilités »

A l’issue du conseil des ministres, le gouvernement s’est exprimé sur le conflit social en cours dans les aéroports de Tahiti et des îles. Le Pays « appelle au sens des responsabilités » et critique sévèrement les propos d’un syndicaliste laissant entendre qu’il avait obtenu un certificat médical d’arrêt maladie pour échapper à une réquisition du haut-commissaire.

Dans son compte-rendu hebdomadaire, le conseil des ministres indique avoir « pris connaissance des points de situation de la ministre du Tourisme et du ministre de l’Equipement sur le conflit qui perturbe gravement le trafic aérien, tant à l’international qu’au plan local ». Le gouvernement assure qu’il reste « présent à la table des négociations » mais en appelle toutefois « au sens des responsabilités pour trouver une issue rapide ». Par ailleurs, le gouvernement s’élève contre les propos tenus lundi soir à la télévision par un syndicaliste qui affirmait répondre à une réquisition du haut-commissaire par un arrêt maladie. « Le conseil des ministres en appelle au respect des règles déontologiques par les médecins qui pourraient délivrer des actes de complaisance. Le Conseil de l’ordre des médecins sera saisi de cet état de fait. »

Article précedent

Qui est Annick Girardin, la nouvelle ministre des Outre-mer ?

Article suivant

Grèves des pompiers dans les îles : Ce qui bloque

4 Commentaires

  1. 18 mai 2017 à 5h52 — Répondre

    Syndicalisme ou délinquance légale ? A croire que seuls les preneurs d’otage ont le dernier mot.

  2. RQ
    18 mai 2017 à 11h50 — Répondre

    il faudrait limiter à deux mandats maxi pour les représentants syndicaux et faire en sorte qu’ils soient triés sur le volet comme le fait Macron , qu’ils aient un sens des responsabilités . Avec cette méthode l’économie se portera mieux , et il sera possible de créer de nouveaux emplois , actuellement c’est impossible avec ces terroristes c’est honteux de voir nos touristes bloqués sur des lits de camp à l’aéroport , imaginons cela à Los Angeles !

  3. gigi
    18 mai 2017 à 14h14 — Répondre

    Comment est-il possible qu’un petit groupe paralyse un pays ? N’y-a-t’il pas un service « minimum » à imposer à ces terroristes ? La prochaine fois, nos femmes de ménage bloqueront les toilettes et l’aéroport sera fermé ???
    A-t’on pensé aux pensions de famille déjà largement touchées par la grève de Air Tahiti qui doivent à nouveau se battre pour survivre, si elles y arrivent cette fois-ci !!! Croyez-vous que les charges seront allégées , les banquiers bienveillants , les impôts tolérants ?
    Zéro avion égale o francs , personnel au chômage technique et manque à gagner pour tous ceux qui gravitent autour d’eux !!!
    Ce n’est pas ainsi que notre tourisme progressera….Mettre à mal les prestataires de service sans état d’âme, c’est normal ? Se dire que c’est notre propre pays qui nous coule , c’est normal ? Vous êtes en train de détruire notre outil de travail et tout ce réseau de petites gens qui ont investit pour « être aux normes  » et offrir un maximum à nos hôtes !!!
    Vous méritez un grand coup de pied dans le popotin….nous nous interrogeons sur la possibilité de vous coller un procés et vous faire payer nos pertes….cela se comptera en millions !!!
    Alors….qui va nous écouter ????

  4. MATA
    19 mai 2017 à 10h47 — Répondre

    Pour appeler au sens des responsabilités il faut être soit même responsable. Pas de crédibilité pas d’auditoire, c’est simple.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le gouvernement « appelle au sens des responsabilités »