ACTUS LOCALESSOCIAL

Le haut-commissaire annonce de nouvelles réquisitions

Dans un long communiqué, le haut-commissaire de la République en Polynésie française, René Bidal, a annoncé lundi après-midi le recours à de nouvelles réquisitions de pompiers, suite à l’enlisement du conflit social entre les grévistes de O oe to oe rima et la direction de la société Aéroport de Tahiti (ADT).

Dans un communiqué de deux pages, diffusé lundi après-midi, le haut-commissaire de la République, René Bidal, a indiqué avoir pris connaissance de l’échec des négociations entre les pompiers grévistes de O oe to oe rima et la direction d’ADT. S’il salue la « responsabilité » de la CSTP-FO pour son protocole signé vendredi avec la direction de l’aviation civile pour les pompiers des aérodromes territoriaux (les pompiers des îles autres que Tahiti, Bora Bora, Raiatea et Rangiroa, NDLR), le représentant de l’Etat en Polynésie estime que pour les pompiers d’Aéroport de Tahiti : « les revendications financières qui ont été transmises peuvent être difficilement comprises par de très nombreux Polynésiens qui souffrent dans leur quotidien ». René Bidal a donc annoncé la signature, lundi, de nouvelles réquisitions de pompiers. Il affirme faire le « constat » d’une situation de blocage : « considérant que le droit de grève n’a pas vocation de prendre en otage l’activité économique du Pays (et) considérant les intérêts vitaux liés à l’insularité de la Polynésie française qui commandent qu’un service minimum puisse être garanti ».

Double mise en garde

Dans son communiqué, le haut-commissaire précise : « tous les moyens seront mis en oeuvre pour que ces réquisitions soient respectées et exécutées ». Référence au refus assumé de pompiers grévistes d’obéir aux premières réquisitions du haut-commissaire en obtenant des arrêts de travail médicaux. René Bidal rappelle donc que le non-respect d’une réquisition est puni de 1,2 million de Fcfp d’amende et six mois de prison. Mais il met également en garde les médecins « qui effectueraient des actes de complaisance ».

Article précedent

Quand les touristes bloqués quittent Maupiti à tout prix

Article suivant

Va’a – « Tahiti nui Va’a » : Un sans faute pour Shell Va’a

9 Commentaires

  1. Viniura
    22 mai 2017 à 16h47 — Répondre

    Oh, un peu d’équité et de prise de conscience des autorités ? La loi serait finalement la meme pour tous ? Concept intéressant à suivre.

  2. Teina
    22 mai 2017 à 17h36 — Répondre

    Mr le haut commissaire ne soyez pas malade, les médecins CONfrères solidaires entre eux peuvent avoir des réactions paramafieuses

  3. Cheval
    23 mai 2017 à 6h23 — Répondre

    @Teina, que veux dire votre réaction ? Donneriez vous raison aux médecins qui distribuent des certificats « bidons » à des gens qui ne respectent pas les lois établis en ce qui concerne le droit de réquisition que possède la haut commissaire ? Douterez-vous de l’honnêteté des praticiens qui n’ont pas à subir le manque de déontologie de quelques uns ?

  4. 23 mai 2017 à 6h32 — Répondre

    « les revendications financières qui ont été transmises peuvent être difficilement comprises par de très nombreux Polynésiens qui souffrent dans leur quotidien » ah enfin le haussaire tient un langage de vérité et arrête de se cacher derrière son petit doigt. Néanmoins on aura bien compris que ce n’est pas John Wayne et qu’en face on a des mecs qui sont des casseurs et des émeutiers. Face à l’insurrection il faut un vrai mâle, les cadors ne respectent qu’un seul langage celui de l’autorité musclée. Même les moines shaoline l’ont compris, la sagesse doit aussi se conjuguer avec le kung fu.

  5. Iritahua
    23 mai 2017 à 6h48 — Répondre

    Enfin une bonne initiative du H.C, lors d’une réquisition tout ce bande de charlots sont malades. Une enquête sera nécessaire.

  6. Polux
    23 mai 2017 à 7h11 — Répondre

    Enfin un Haut Commissaire qui en a dans le pantalon. Les grévistes virés et remplacés par des personnes qui veulent travailler serait la meilleure solution et virer également ces syndicalistes qui ne veulent que se montrer. Qu’elle plaie ces types.

  7. simone grand
    23 mai 2017 à 8h23 — Répondre

    Aux temps anciens on les aurait mis dans une pirogue avec des vivres pour une semaine et ha’a mo’e atu = allez vous faire voir ailleurs.

  8. Tiare 1
    23 mai 2017 à 9h23 — Répondre

    Je m’étonne du mutisme M.me Bouteau, ministre du Tourisme dans cette affaire. Si elle a du temps à perdre, qu’elle réquisitionne donc un va’a ( moins pire qu’un bus pourri) et fasse le tour de l’île en compagnie des ministres de l’Environnement et de l’ Equipement afin qu’ils relèvent les différents points négatifs nuisant à l’image paradisiaque de notre île, image tant décriée auprès des touristes et surtout qu’ils n’oublient pas leur crème solaire et chapeau paeore.

  9. 23 mai 2017 à 10h05 — Répondre

    La balance et fait pour équilibrer un seul coté lorsque l’intérêt de l’Etat est avisé, ou est ??? le droit du travailleur a défendre son dû !!!, sans que cela vienne a une réquisition d’Etat, mais ou allons nous… on croirait a une immobilisation de guerre, qui n’a aucun sans sur la vie sociale, les règles c’est pour tous le monde, et même ceux qui font les lois… b..b It..!!! a savoir que l’ADT n’est pas une entreprise privé comme son directeur le dit mais bien, des fonds de l’Etat. Il y a anguille sous roche…

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le haut-commissaire annonce de nouvelles réquisitions