ACTUS LOCALESENVIRONNEMENT

Le haut-commissaire répond à l’association 193

Le haut-commissaire a répondu vendredi au courrier que lui a envoyé l’association 193 cette semaine pour lui demander de « suspendre » l’arrêté du Pays autorisant la vente des gravats de Hao stockés à Rikitea. Le représentant de l’Etat refuse cette demande sur le fonds et sur la forme de l’arrêté en indiquant qu’il s’agit d’une « affaire que l’association a construite de toute pièce ».

Mercredi, l’association 193 de défense des victimes du nucléaire a diffusé un courrier envoyé le jour-même au haut-commissaire pour lui demander de « suspendre » l’arrêté du Pays publié la veille et autorisant la vente des gravats de Hao stockés à Rikitea. Sur la légalité de l’arrêté, le haut-commissaire répond « qu’aucune disposition qu’il contient ne (lui) apparaît contraire à la loi ». Sur le fonds, le représentant de l’Etat signale d’abord qu’il a « jusqu’ici estimé (qu’il n’avait) pas à intervenir dans un dossier où toute intervention du haut-commissaire eut été légitimement interprétée comme une ingérence renvoyant au souvenir de pratiques qui sont définitivement révolues ». Mais il précise ensuite que « l’interpellation » de l’association 193 le « contraint à donner un point de vue sur une affaire que l’association a construite de toute pièce« . René Bidal qui indique donc qu’il a été « établi de façon sûre et indépendante de tout intérêt partisan, que ces gravats ne présentent aucune trace de pollution par des éléments radioactifs ».

Article précedent

Météo France va prévoir... les épidémies !

Article suivant

Tatauroscope du samedi 19 novembre 2016

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le haut-commissaire répond à l’association 193