ACTUS LOCALESCULTURE

Le Heiva c’est aussi les Tu’aro Maohi

Tu'aro Maohi (8)

Le Heiva i Tahiti ce n’est pas seulement le concours de chant et danse, c’est aussi les compétitions de Tu’aro Maohi, les sports traditionnels avec le javelot, le lever de pierre, le grimper au cocotier, le coprah et les impressionnantes courses de porteurs de fruits. Ces dernières ouvriront la compétition le 14 juillet dans le parc Paofai. La troupe Pupu Tuha’a Pae est certainement la plus étoffée et la plus compétitive. La vingtaine de sportifs originaires des Australes est fin prête à rafler les médailles.

Comme chaque année, le concours de chants et danses du Heiva précède l’ouverture des Tu’aro Maohi, les compétitions de sports traditionnels. Et c’est la très impressionnante course de porteurs de fruits qui ouvre le championnat. Et certaines troupes ne se contentent pas de monter sur la scène de To’ata et participent également aux Tu’aro Maohi. C’est le cas de Pupu Tuha’a Pae représentant les Australes. Cette année elle aligne une vingtaine de sportifs originaires des Australes et prêts à relever le défi. Et chaque année depuis 30 ans la maison d’Arsène Atitio, au fond de la vallée d’Orofero à Paea, se transforme en quartier général pour accueillir tous ces jeunes. Le chef de troupe a arrêté la compétition mais ne perd pas une occasion de transmettre sa passion et sa culture à ces jeunes îliens.

Le groupe n’est pas novice en course de porteur de fruits et a déjà fais le plein de médailles l’année dernière : la deuxième et troisième place en 20 kg, la première et la troisième place en 30kg et le podium entier en 50 kg. Cette année dix jeunes concourront en 20 kg, 12 en 30 kg, 5 aito en 50 kg et enfin trois femmes. L’équipe est assez homogène avec des sportifs qui vont de 16 à 50 ans. D’ailleurs le vétéran de l’équipe court depuis 1982. La course de porteurs de fruits demande une préparation physique intense. Depuis le mois de février, les porteurs lèvent des charges deux fois par semaines et vont courir trois fois par semaines. Tous le monde participe à la fabrication des cordes tressées en fibre de Purau et des filets à fruit. Les fruits (bananes, taro, pamplemousses) sont achetés chez des amis ou dans la famille. D’ailleurs chaque année, la troupe dépense 100 000 Fcfp pour les fruits qui sont ensuite redistribués. Pour Arsène Atitio, c’est l’esprit d’équipe qui fait la différence.

Hauatu Hauata a 21 ans et s’apprête à participer pour la deuxième fois à la course de porteurs de fruits. Le chef du groupe compte sur lui en tant que champion en 20 kg. Le jeune homme est originaire de Tubuai et vit à Tahiti pour suivre une licence de SVT à l’Université de Polynésie. Hauatu participe au Heiva en danse et en Tu’aro Maohi pour se rapprocher de sa culture. Et même si la course de porteur de fruits demande une préparation intense, le jeune homme est motivé et espère bien rapporter la médaille à son archipel.

Heiva Tu'Aro Ma'Ohi 2016 by Fred Ali on Scribd

Article précedent

Attention aux stationnements pour le 14 juillet

Article suivant

L’Entrecasteaux, un bâtiment moderne et polyvalent

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le Heiva c’est aussi les Tu’aro Maohi