EMISSIONSL'édito d'Alexandre Taliercio

Le jour où Kelly Slater a eu raison de l’ouvrir … – Edito 01/03/2017

Fidèle à mes convictions j’écrivais la semaine dernière un édito où je disais clairement ce que je pensais de la déclaration de Kelly Slater. Les opinions étaient très partagées sur le sujet d’un abattage des requins comme solution au problème, mais comme d’habitude ce sont les haters et autres surfeurs ou fans qui vouent un culte à leur légende vivante qui ont été les plus virulents. Ce n’est pas bien grave de s’en prendre plein la figure alors qu’en toute bonne foi on a l’intime conviction que notre position est la plus morale. A chaque fois que je l’estimerai nécessaire je « les » mettrai à nouveau sur la table, vous devinez quoi, pas pour faire le buzz mais juste pour contribuer au rappel du bon sens.

Et puisqu’il n’est jamais trop tard pour reconnaître ses erreurs, si j’avais appelé mon premier édito sur ce sujet « Le jour où Kelly Slater a manqué une occasion de la fermer… », celui d’aujourd’hui aura pour titre « Le jour où Kelly Slater a eu raison de l’ouvrir … ». Et cela vaut son pesant de cacahuètes. A tous ceux qui ont pris la défense de leur idole en trouvant des justifications à un abattage massif, pardon sélectif, comme si au final ça ne revenait pas au même, faites-moi rire, j’aimerais vous apprendre ceci. Hier Kelly Slater a écrit à Paul Watson le célèbre fondateur de la Sea Shepherd Conservation Society en ces mots que je vous cite :

« J’aimerais revenir sur mon commentaire au sujet de la récente attaque de requin à La Réunion. Je n’avais pas pesé mes mots. C’est facile de se laisser dépasser par l’émotion au vu du contexte dans lequel vit la communauté locale, particulièrement quand de jeunes vies sont fauchées. Cependant, tuer quoi que ce soit dans l’espoir d’une solution n’est pas en ligne avec ma philosophie de vie et je ne crois pas que cela puisse être une solution à long terme au problème actuel. C’est le bon moment de mobiliser les énergies et les intelligences pour trouver une solution qui fonctionne pour tout le monde… En utilisant la technologie, la science, et les émotions humaines. Je sais qu’on peut trouver des solutions qui conviennent à tous. Je continuerai à apprendre sur le sujet et à investir mon énergie et mes efforts dans la défense et la protection de nos océans. », fin de citation.

Donc là me vient une question qui me taraude. Maintenant qu’il se trouve que Kelly Slater pense exactement comme moi et a peu de choses près, quasiment avec mes mots, mes détracteurs vont-ils l’attacher avec moi pour nous jeter aux requins Bouledogue ensemble ?

Je mettais cet illustre surfeur en garde de risquer de passer pour un con, je ne le traitais pas de con, la nuance est importante quand on se donne la peine de la déceler. Une chose est certaine si selon l’expression consacrée il n’y a justement que les cons qui ne changent pas d’avis, Kelly s’en sort donc la tête haute et il me plait de partager avec lui l’envie de trouver des solutions pour nous élever et pas nous rabaisser à tuer, pour nous donner l’illusion de mieux évoluer.

Article précedent

Fillon maintient sa candidature, malgré sa possible mise en examen

Article suivant

"En direct des éleveurs", la laiterie qui se passe d'intermédiaire

3 Commentaires

  1. Greg
    1 mars 2017 à 23h51 — Répondre

    Il n’est pas évident aujourd’hui de tenir cette position surtout vu la manipulation médiatique et la désinformation faite par certains groupes. Bravo.

  2. CAFAFA
    2 mars 2017 à 1h27 — Répondre

    Kelly revient sur ses dires…comme si il avait pas réfléchi avant de faire sa première annonce?
    Le père Noël vient à quelle date ?

  3. Moorea
    3 mars 2017 à 5h18 — Répondre

    Je partage totalement votre avis…Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis….
    J’avais été sidérée par les propos tenus par Kelly Slater ( que j’admire profondément en tant que sportif) sur l’abattage des requins à La Réunion et je me réjouis de cette mise au point.

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le jour où Kelly Slater a eu raison de l’ouvrir … – Edito 01/03/2017