INTERNATIONAL

Le jury de Cannes délibère, une comédie allemande favorite

Cannes (AFP) – Le Festival de Cannes, dont le jury délibérait dimanche à la mi-journée, dévoile dans la soirée son palmarès, avec une comédie allemande hilarante, un film poème de Jim Jarmusch et un drame roumain sur la corruption parmi les favoris pour la Palme d’or.

Après dix jours de stars, de glamour, d’excentricités et d’événements cinématographiques, le jury, présidé par l’Australien George Miller, père de « Mad Max », doit faire son choix parmi les 21 films en compétition.

Les délibérations ont démarré dans la matinée, a confirmé à la mi-journée le délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux, à l’AFP.

La cérémonie débutera peu après 19H00 (17H00 GMT).

Le jeu restait très ouvert à quelques heures de l’annonce, au terme d’une édition riche en films fleuve de plus de deux heures, en drames sociaux ou en beaux portraits de femmes, et émaillée de quelques comédies.

« Il y a eu pas mal de films intéressants. (…) Mais il n’y a pas eu +La vie d’Adèle+, il n’y a pas eu +Mommy+, il n’y a pas eu +Entre les murs+. Il n’y a pas eu de film qui tout d’un coup nous aurait fait dire, comme ça avait été le cas pour +La vie d’Adèle+ il y a quelques années, c’est la Palme ! », a dit à l’AFP Bruno Cras, critique de cinéma sur Europe 1.

« Ca a été l’année des comédies, un genre traditionnellement négligé à Cannes », a commenté le critique du Guardian, Peter Bradshaw, citant « Toni Erdmann » de l’Allemande Maren Ade et « Ma Loute » du Français Bruno Dumont.

« Toni Erdmann », film galvanisant qui a déclenché des applaudissements et des fous rires parmi les festivaliers, semblait le mieux placé pour la Palme d’or, recueillant les faveurs de la presse, selon le panel de critiques français et étrangers publié par la revue spécialisée Screen.

Si elle gagnait pour ce film à la fois drôle et émouvant sur la relation père-fille, Maren Ade serait seulement la deuxième femme à remporter la récompense suprême, après Jane Campion pour « La Leçon de piano » en 1993.

– Driver, Simonischek, Hüller ou Braga –

Autre favori pour la Palme, l’Américain Jim Jarmusch pourrait l’emporter avec « Paterson », un film construit comme un poème, ode au ralenti et à la banalité du quotidien à travers l’histoire d’un conducteur de bus du New Jersey. 

Le cinéaste de 63 ans s’était vu décerner en 2005 le Grand Prix du Jury pour « Broken Flowers », mais n’a jamais remporté la récompense suprême.

Le Roumain Cristian Mungiu, habitué du festival et Palme d’or en 2007 pour « 4 mois, 3 semaines, 2 jours », pourrait aussi séduire le jury avec « Baccalauréat », drame sur la corruption dans la société roumaine et les compromissions d’un père.

« Aquarius » du Brésilien Kleber Mendonça Filho, sur les excès du capitalisme à travers le portrait d’une femme libre, « Julieta » de l’Espagnol Pedro Almodovar ou « Moi, Daniel Blake » de Ken Loach pourraient également figurer en bonne place dans le palmarès.

Sans oublier « Elle », du Néerlandais Paul Verhoeven, polar jubilatoire et transgressif avec Isabelle Huppert, « Ma Loute » de Bruno Dumont, « Loving » de Jeff Nichols ou « Le Client » d’Asghar Farhadi.

Pour le prix d’interprétation masculine, l’acteur américain Adam Driver (« Star Wars: le Réveil de la Force »), parfait en anti-héros dans « Paterson », pourrait être récompensé.

L’Autrichien Peter Simonischek en père loufoque et incontrôlable dans « Toni Erdmann » est également fréquemment cité. Tout comme le Britannique Dave Johns pour son rôle de menuisier en lutte contre le système dans « Moi, Daniel Blake ». 

Fabrice Luchini en bourgeois dégénéré dans « Ma Loute », l’Américain Shia LaBeouf pour « American Honey » d’Andrea Arnold et le Roumain Adrian Titieni pour « Baccalauréat » sont aussi évoqués.

Côté féminin, l’Allemande Sandra Hüller en jeune femme d’affaires ambitieuse et froide dans « Toni Erdmann » pourrait l’emporter, tout comme la star brésilienne Sonia Braga en femme indépendante dans « Aquarius ».

Marion Cotillard en femme brûlante de désir dans « Mal de pierres » de Nicole Garcia, Isabelle Huppert tout en ambiguïté dans « Elle », l’Iranienne Taraneh Alidousti dans « Le Client », l’américaine Kristen Stewart dans « Personal Shopper » d’Olivier Assayas ou la philippine Jaclyn Jose dans « Ma’Rosa » de Brillante Mendoza ne sont pas non plus écartées.

Le palmarès est composé de sept prix au total. L’année dernière la Palme d’or avait été remportée par « Dheepan » de Jacques Audiard, à la surprise générale.

Le jury du 69e festval de Cannes. © AFP

© AFP
Le jury du 69e festval de Cannes

Article précedent

Valls essaie de convaincre Israël en "ami", mais "la colonisation doit cesser"

Article suivant

Turquie: Binali Yildirim, fidèle d'Erdogan, en passe d'être Premier ministre

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le jury de Cannes délibère, une comédie allemande favorite