ACTUS LOCALESJUSTICE

Le médecin du gala de boxe mortel interdit d’exercer

Le tribunal correctionnel de Papeete a condamné mardi le médecin Léon Law, qui avait pris en charge le boxeur néo-zélandais mort en 2012 après un KO sur le ring d’un gala de boxe organisé à Fautaua, à un an de prison avec sursis et une interdiction à vie d’exercer la médecine sportive pour « homicide involontaire ».

Le médecin qui assurait les secours lors du gala de boxe organisé le 4 mai 2012 par le Ah-Min Boxing Club à Fautaua, Léon Law, a été condamné mardi pour « homicide involontaire par maladresse, inattention, négligence ou manquement à une obligation de sécurité ou de prudence » à un an de prison avec sursis et une interdiction à vie d’exercer la médecine sportive. A l’époque, le boxeur néo-zélandais Rodrigo Gomez était décédé à la suite d’un KO particulièrement violent sur le ring lors du premier combat professionnel de la soirée. L’autopsie avait révélé que le boxeur était mort d’une « hypoxie », une forte diminution de l’oxygène dans le sang. Le tribunal a estimé la prise en charge de la victime « inadaptée », notamment en raison d’un manque d’assistance respiratoire.

Article précedent

Trafic de "stups" : ne jamais commencer ; au pire savoir s'arrêter ! - Edito 13/02/2018

Article suivant

Le point sur les conséquences des intempéries

1 Commentaire

  1. Marie-Jose LAW
    13 février 2018 à 19h07 — Répondre

    Mise au point :
    Ce sont les experts locaux qui ont pensé que le boxeur était mort d une hypoxie.
    L expert de Paris qui est un.professeur d anesthésie réanimation évoque d autres hypothèses dont le syndrome du second impact et des lésions axonales diffuses.
    Pour lui le décès serait dû au traumatisme crânien sévère.
    Les experts locaux n ont pas pu comprendre ce qui s est passé vu qu’ ils n ont pas fait l IRM recommandée par l académie de médecine en cas de ko ou de suspicion de lésion cérébrale lors de combats de boxe. Seule l IRM aurait pu mettre en évidence les lésions fatales axonales diffuses et du tronc cérébral.
    Pour l expert de Paris il n y a donc pas de lien de causalité certain.
    Et dans ce cas là loi c est la relaxe.
    Il y aura donc appel.

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le médecin du gala de boxe mortel interdit d’exercer