EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Le monde se barricade, le Fenua ne change RIEN – Edito 20/01/2021

D’un côté je ne supporte pas ceux qui s’improvisent lanceurs d’alerte en manquant totalement de recul et d’objectivité, qui sur la base d’une intuition ou d’une émotion épidermique sont prêts à dénoncer a peu près tout, sans se soucier des conséquences que cela pourrait avoir sur l’ordre public ; mais d’un autre il faut bien avouer que parfois si on ne se mouille pas, personne ne le fera à notre place. Tout réside néanmoins dans l’art et la manière, lorsque l’on parvient à rassembler du fond tout en sachant y mettre des formes le message ne peut qu’être plus impactant. Malheureusement, laisser sa raison être supplantée par des instincts primaires n’aide pas, et cela peut aller jusqu’à des extrêmes dont je parlais hier, comme le fait de faire vaciller les fondamentaux de notre modèle de société. Une époque trouble où la souveraineté du peuple est dévoyée par lui-même.

Aussi pour le coup suis-je étonné de ne voir nulle part localement certaines montées au créneau qui me sembleraient pourtant particulièrement légitimes. Quitte à mettre les pieds dans le plat. Lorsque l’autre jour j’abordais les bienfaits que pouvait avoir la résilience pour épargner notre santé, je précisais quand même qu’il n’était pas question sur le principe de signer un chèque en blanc aux autorités. Si râler est un réflexe bien « farani » parait-il,  qui peut être usant à la longue, pratiquer la politique de l’autruche implique elle un abandon de sa responsabilité citoyenne qui a terme est bien plus grave.

La situation sanitaire étant ainsi encore en train de prendre une tournure inédite à travers le monde, on en vient presque à regretter qu’ici personne ne l’ouvre plus pour demander des comptes à ceux qui estiment qu’il n’y a pas lieu de changer quoi que ce soit. La totalité des autres départements et territoires d’outre-mer décide de renforcer drastiquement les conditions d’entrée chez eux par l’instauration d’une « septaine », afin de se prémunir au maximum de l’introduction de nouveaux variants du virus, mais chez nous, c’est limite on aime jouer avec le feu, on est en train de parier sur un coup de bol.

Bien qu’il soit publiquement reconnu que nous n’avons pas encore les moyens sous nos latitudes de faire la différence entre les mutations du virus et l’original ; qu’au Brésil notamment la situation est alarmante et conduit les scientifiques à se poser la question de l’efficacité des nouveaux vaccins face aux variantes ; que le seul vaccin auquel on ait accès est inoculé au compte-goutte ; que le relâchement en termes de gestes barrières au sein de notre population crève les yeux, en Polynésie on fait le dos rond. Ah. C’est quoi le problème en fait ? On est les seuls à avoir raison, ce sont tous les autres qui s’affolent pour pas grand-chose ?

Cela donne un peu l’impression malaisante que les autorités jouent à la roulette, qu’elles ont fait leurs jeux, timidement, sans trop se mouiller. Sauf que là on n’ a vraiment pas envie d’entendre que : «  Rien ne va plus ».

Article précedent

Joe Biden appelle les États-Unis à "l'unité"

Article suivant

LA PASSION DU VIN 20/01/2021

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le monde se barricade, le Fenua ne change RIEN – Edito 20/01/2021