INTERNATIONAL

Le Nobel pour la paix en Colombie décerné au président Santos

Bogota (AFP) – Le Nobel de la paix a été décerné vendredi au président colombien Juan Manuel Santos pour son engagement à clore le conflit armé avec la guérilla des Farc, par un accord toutefois à réviser après son rejet par référendum.

Le choix du comité Nobel a déjoué les pronostics des experts en semblant passer outre la volonté populaire mais aussi en ne récompensant qu’un seul des protagonistes du processus du paix, contrairement à de nombreux prix antérieurs. 

Le président Santos et le chef de la guérilla marxiste des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), Timoleon Jiménez, alias Timochenko, ont signé le 26 septembre un accord pour clore une confrontation de 52 ans, qui a impliqué d’autres acteurs armés et a fait plus de 260.000 morts.

Mais à la surprise générale, les électeurs colombiens ont rejeté dimanche ce texte historique à ne très courte majorité (50,2%) lors d’un scrutin marqué par une abstention record de plus de 62%, mais ce qui obligé néanmoins les deux parties à reprendre les pourparlers.

Vendredi, leurs négociateurs se sont engagés dans un communiqué commun à maintenir un cessez-le-feu « bilatéral et définitif » et à procéder à des « ajustements » pour rendre l’accord acceptable aux yeux du plus grand nombre.

En apportant tout le poids symbolique du Nobel, le comité dit vouloir contribuer à relancer aux efforts de paix.

– ‘Vrai danger’ que la guerre reprenne –

« Il y a un vrai danger pour que le processus de paix s’interrompe et que la guerre civile reprenne », a mis en garde la présidente du comité norvégien, Kaci Kullmann Five. « Nous espérons que cela encouragera toutes les bonnes initiatives et tous les acteurs qui pourraient jouer un rôle décisif dans le processus de paix et apporter enfin la paix à la Colombie après des décennies de guerre ».

Seul récompensé, M. Santos a dit accepter le prix « au nom de tous les Colombiens, en particulier celui des millions de victimes qu’a faites ce conflit ».

« Nous sommes très, très proches de parvenir à la paix », a-t-il déclaré. « Cela va être un grand encouragement pour y arriver et pour commencer à construire la paix en Colombie ».

Co-signataires de l’accord mais privées des honneurs, les Farc ont « félicité » le lauréat. « Le seul prix auquel nous aspirons est celui de la Paix avec la justice sociale pour une Colombie sans paramilitaires, sans représailles ni mensonges », a tweeté Timochenko.

Dans sa motivation, le comité Nobel a tenu à préciser que « la récompense doit être aussi vue comme un hommage (…) à toutes les parties qui ont contribué au processus de paix ».

Tout en se félicitant de la distinction de M. Santos, l’ancienne otage des Farc, Ingrid Betancourt, a estimé que les guérilleros auraient dû partager ce Nobel.

« Un prix aux Farc aurait probablement été mal perçu par ceux qui sont sceptiques à l’égard de l’accord de paix », a analysé le directeur de l’Institut de recherche sur la paix d’Oslo (Prio), Kristian Berg Harpviken. « C’est aussi une question de principe: les Farc sont perçues comme une guérilla qui a beaucoup de violences sur la conscience », a-t-il dit à l’AFP.

– Obama salue un ‘leadership courageux’ –

En Colombie, les réactions étaient contrastées.

« Santos ne le mérite pas parce qu’il a fait les choses de travers. Il a d’abord fait la paix de haut en bas (…) La paix doit venir du terrain, des personnes déplacées », a commenté Rodolfo Oviedo, fermier déplacé par les Farc en 2004. « Ce prix est la meilleure chose qui pouvait nous arriver », a au contraire affirmé Alvaro Castaneda, un photographe de 62 ans.

Le comité Nobel avait par avance tenté de désamorcer les reproches l’accusant d’aller à contrecourant de la volonté populaire. « Le fait qu’une majorité des votants ait dit non à l’accord de paix ne signifie pas nécessairement que le processus de paix est mort. Le référendum n’était pas un vote pour ou contre la paix », a souligné Mme Kullmann Five.

Chef de file des opposants, l’ex-président Alvaro Uribe a félicité son successeur et dit espérer que le Nobel permette de « changer des accords nuisibles à la démocratie ».

Le président américain Barack Obama a salué son « ami et partenaire », en estimant que « ce prix récompense le leadership courageux et inébranlable du président Santos pendant plusieurs années de difficiles négociations ».

La chef du gouvernement norvégien, Erna Solberg, dont le pays est avec Cuba garant du processus de paix, a dit espérer que le Nobel « contribue à inspirer les futurs pourparlers de paix ». Ce processus est « allé trop loin pour reculer maintenant », a réagi le secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon.

Le prix Nobel –un diplôme, une médaille d’or et un chèque d’environ 830.000 euros– sera remis le 10 décembre à Oslo.

Le président colombien Juan Manuel Santos et son épouse Maria Clemencia Rodriguez, lors d'une déclaration après avoir remporté le prix Nobel de la Paix, le 7 octobre 2016 à Bogota. © AFP

© AFP GUILLERMO LEGARIA
Le président colombien Juan Manuel Santos et son épouse Maria Clemencia Rodriguez, lors d’une déclaration après avoir remporté le prix Nobel de la Paix, le 7 octobre 2016 à Bogota

94384a8e0f5f4bfca8895bde4a5ca27958544524-4
Article précedent

Syrie: Le Conseil de sécurité va voter sur un texte de Moscou appelant à une trêve à Alep

887539195647dd29727befa956ea5cb99653f47e-1
Article suivant

Piratage: Washington accuse Moscou d'interférer dans la présidentielle

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le Nobel pour la paix en Colombie décerné au président Santos