EMISSIONSL'édito d'Alexandre TaliercioPodcasts

Le Pacifique : poubelle de l’espace – Edito 31/08/2020

L’association Proscience spécialisée dans l’organisation de séances de planétarium et regroupant des passionnés d’astronomie avait pris soin de prévenir la presse et tous ses fans qu’il allait être possible ce samedi matin de voir un satellite se désintégrer dans le ciel. Effectivement, un vidéaste amateur a même fait circuler le film de l’événement sur les réseaux sociaux qui a ensuite été partagé par certains médias locaux.

J’ai une bonne nouvelle. Il semblerait que tout le monde soit devenu écolo. On va droit dans le mur depuis des années, on en vient à mettre en danger notre survie parce que l’on n’a pas su contenir les effets du changement climatique, mais là, y’a un satellite qui tombe et tout le monde tilt. En gros, ce qui revenait le plus souvent était « qui va bien pouvoir aller ramasser les « pehu », les déchets ?». Certaines réactions étaient tellement courroucées que je m’attendais presque à lire un appel à rassemblement pour prendre le large entre écolos du dimanche et aller tout repêcher.

Avis aux motivés, tant que vous y êtes ne partez pas à l’aveugle, car en fait on sait précisément où aller ; problème : il va vous falloir un très très gros bateau. Effectivement par le biais de traités internationaux les puissances spatiales ont convenu depuis des décennies d’utiliser une région précise de l’océan Pacifique comme cimetière des engins spatiaux. La station MIR et ses 120 tonnes y trône toute disloquée auprès de 300 autres engins en tout genre jadis orbitant autour de la Terre. On appelle cette zone le Point Némo, et à cet endroit le plancher océanique se situe à plus de 4000 mètres de profondeur.

Sarcasme mis à part, évidemment que c’est un problème environnemental potentiel. Les scientifiques de l’époque partaient du principe que ces abysses étaient stériles car leur conception de la vie était incompatible avec le manque de luminosité et la pression qui y règne. Sauf que depuis on a à peine commencé à explorer les grands fonds et on s’est rendu compte que non seulement il y avait de la vie, mais dans des formes totalement inédites, et en quantité. Alors bien entendu que ça doit leur faire drôle de se voir arriver un truc aussi gros qu’une ex station spatiale toute cassée. Là, potentiellement, avec cet énième satellite qui est tombé samedi, on leur a plombé leur weekend … C’est pas cool.

Des multinationales sont en train de lancer des flottes de plusieurs milliers de micro-satellites, autant de futurs déchets qui finiront leur course à terme au Point Nemo. On a le plus gros incinérateur à disposition à des années lumières à la ronde, le Soleil, mais dans un souci d’économie on préfère consacrer moins de carburant pour faire désorbiter les objets spatiaux en les faisant plonger dans le Pacifique plutôt que de les envoyer vers notre étoile. Notre pingrerie nous perdra …

Article précedent

Covid-19 : 511 cas en Polynésie

Article suivant

Journal de 12:00, le 31/08/2020

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire

PARTAGER

Le Pacifique : poubelle de l’espace – Edito 31/08/2020