INTERNATIONAL

Le pape a canonisé dimanche sept personnes, dont deux Français et un Argentin

Cité du Vatican (AFP) – Le pape François a canonisé dimanche sept personnes dont deux Français – une carmélite décédée en 1906 et un frère assassiné durant la Révolution française – ainsi qu’un très populaire curé argentin qui a dédié sa vie aux exclus.

Ces personnalités vont rejoindre la liste des milliers de saints reconnus au fil des siècles.

Seule femme canonisée, la Française Elisabeth de la Trinité est une jeune carmélite contemplative née en 1880 près de Bourges (centre de la France) et décédée à 26 ans d’une maladie. Musicienne de talent, Elisabeth Catez entre au carmel à Dijon (centre-est) à l’âge de 21 ans, après avoir vaincu les réticences de sa mère qui la poussait à mener une vie mondaine.

Cette mystique a écrit plusieurs centaines de lettres à ses proches, un journal intime, des poèmes, quatre traités spirituels, mais aussi une prière au « Dieu Trinité » trouvée dans ses papiers après sa mort et aujourd’hui traduite dans une cinquantaine de langues. 

« Avec son langage spontané, elle a mis toute son ardeur dans sa vocation et peut parler aux personnes à la recherche de l’intimité avec Dieu », résume l’archevêque de Dijon, Mgr Roland Minnerath.

Elle doit sa béatification au miracle touchant une enseignante de religion belge, qui a a affirmé avoir été subitement guérie d’une maladie orpheline à son arrivée au carmel de Dijon.

– Massacré à l’épée –

Davantage en prise active avec la société, le Français Salomon Leclercq, également canonisé dimanche, avait rejoint les Frères des écoles chrétiennes, une congrégation laïque vouée à la formation des jeunes, souvent défavorisés. 

Né à Boulogne-sur-Mer (nord) dans une famille de marchands, Guillaume Nicolas Louis Leclercq (1745-1792) devient professeur à 23 ans et prononce ses voeux à 27 ans. Devenu Frère Salomon, il s’occupera des novices, dirigera un grand complexe éducatif de 1.000 étudiants, enseignera les mathématiques et deviendra secrétaire personnel du supérieur général de sa congrégation (fondée en 1682 par le Français Jean-Baptiste de La Salle). 

Puis la Révolution, anticléricale, éclate. Il refuse de prêter serment en faveur de la Constitution civile du clergé. Il sera arrêté en août 1792 avec d’autres religieux « réfractaires » et enfermé dans le couvent des Carmes de Paris. Le 2 septembre, avec 188 autres ecclésiastiques, il est massacré à l’épée. Tous ces martyrs ont été béatifiés en 1926 par le pape Pie XI.

224 ans après sa mort, « il donne une leçon d’une grande intégrité et de loyauté », au sacrifice de sa vie, estime Frère Rodolfo Cosimo Meoli qui a défendu sa cause. Le Vatican a reconnu dans son dossier le caractère « inexpliqué » de la guérison d’une fillette vénézuélienne de cinq ans mordue par un serpent. 

– ‘Curé gaucho’ –

Deux religieux italiens – Lodovico Pavoni (1784-1849) et Alfonso Maria Fusco (1839-1910) – ayant consacré leurs vies à l’éducation des jeunes indigents ou enfants abandonnés ont également été canonisés dimanche.

Très populaire dans son pays, le curé José Gabriel Brochero (1840-1914) est devenu le premier saint né et mort en Argentine.

Surnommé « le curé gaucho » circulait à dos de mule dans les montagnes près de Buenos Aires. C’est son portrait sur un âne qui trônait d’ailleurs dimanche sur le parvis de la basilique Saint-Pierre. Aveugle, mort de la lèpre, « ce pasteur à l’odeur de brebis s’est fait pauvre parmi les pauvres », estime le pape argentin.

Présent à la canonisation, le président argentin Mauricio Macri a été reçu par le pape samedi pour un entretien privé au Vatican, l’occasion d’aborder des thèmes chers au pontif comme la lutte contre la pauvreté.

Seul laïc canonisé, le Mexicain Jose Luis Sanchez del Rio(1913-1928), martyr de la persécution anticatholique a été tué cruellement à l’âge de 14 ans, dans la guerre sanglante des « Christeros » (soulèvement de paysans catholiques contre un nouveau gouvernement anti-clérical à la fin des années 20). 

Enfin, un évêque espagnol originaire de Séville devenu saint dimanche, Manuel Gonzales Garcia (1877-1940), a notamment créé la Congrégation des Missionnaires eucharistiques de Nazareth.

La « Congrégation pour la cause des saints », chargée au Vatican d’enquêter sur les futurs saints, a annoncé fin septembre un resserrement des règles de sa commission médicale, établies il y a 40 ans. Seuls trois groupes différents d’experts pourront se prononcer sur une guérison miraculeuse, alors que ce nombre était auparavant illimité. A l’avenir, les honoraires des experts-médecins seront aussi clairement chiffrés dans un souci de transparence.

Les portraits des septs nouveaux canonisés sont déployés sur la façade de la basilique Saint-Pierre de Rome pendant la messe, le 16 octobre 2016. © AFP

© AFP ANDREAS SOLARO
Les portraits des septs nouveaux canonisés sont déployés sur la façade de la basilique Saint-Pierre de Rome pendant la messe, le 16 octobre 2016

03072a93a0784132c2fd9927f555aca400c00c22-1
Article précedent

Moto: Marquez, roi de la catégorie reine

398296a8c0f5041cd975cac6fa71f94da82904f5
Article suivant

Un balcon s'effondre à Angers lors d'une fête: quatre morts

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le pape a canonisé dimanche sept personnes, dont deux Français et un Argentin