INTERNATIONAL

Le pape dans le Caucase sur le chemin de la paix

Tbilissi (AFP) – Le pape François est arrivé jeudi à Tbilissi, en Géorgie, première étape d’un court séjour dans le Caucase, qui doit se prolonger en Azerbaïdjan, trois mois après un voyage en Arménie.

Après avoir atterri à 11H00 GMT en Géorgie, le pape a été accueilli par le président Giorgi Margvelashvili et le Catholicos patriarche orthodoxe de toute la Géorgie, Elie II.

Une petite foule de catholiques, réunie près du tarmac de l’aéroport, a scandé « Vive François! » et « Bienvenue au pape ». Quelques dizaines de manifestants, affichant des banderoles contre le pape se sont aussi rassemblés à la sortie de l’aéroport pour dire leur hostilité à la venue du chef de l’église catholique en terre orthodoxe. 

Le pape argentin a retenu la formule « Pax vobis » (la paix sur vous) comme devise de ce voyage dont la portée oecuménique s’exprimera à travers des rencontres avec les dignitaires de l’Eglise orthodoxe locale.

Il s’agit « clairement d’un voyage de paix, le pape sera porteur d’un message de réconciliation pour toute la région », a souligné le porte-parole du Vatican, Greg Burke.

Orthodoxe à près de 85%, la Géorgie a été évangélisée dès l’aube du christianisme par André, l’un des douze apôtres, et cette religion s’est définitivement imposée au IVème siècle, a rappelé aux journalistes Irakli Vekua, conseiller à l’ambassade de Géorgie auprès du Saint-Siège.

Indépendant depuis 1991, le pays a connu des débuts tumultueux mais est aujourd’hui apaisé et n’aspire qu’à se rapprocher de l’Union européenne, selon ce diplomate. Dans ce contexte, la visite du pape François est considérée comme « un pas en avant dans ce processus de rapprochement ».

Seul point noir de ce déplacement, selon Valentina Karakhanian, historienne géorgienne travaillant au Vatican: les tensions autour des anciennes propriétés de l’Eglise catholique qui ont toutes été transmises à l’Eglise orthodoxe.

« La visite papale apportera peut-être un certain dégel entre les deux Eglises mais pas une avancée », a affirmé à l’AFP Levan Sutidzé, spécialiste des religions pour le magazine géorgien Tabula.

« Les différences théologiques sont importantes et l’Eglise géorgienne est connue pour sa position isolationniste », a-t-il ajouté.

L’un des temps forts du voyage sera, dès vendredi soir, la rencontre du pape avec la communauté assyro-chaldéenne, l’une des trois communautés catholiques présentes en Géorgie avec les communautés latine et arménienne. 

Cette Eglise d’Orient est surtout implantée au Moyen-Orient (Irak, Syrie, Liban…) et des pèlerins syriens et irakiens sont attendus à Tbilissi.

Les premières migrations d’Assyro-chaldéens datent du XVIIème mais beaucoup d’entre eux sont arrivés au début du XXème siècle, fuyant la Première Guerre mondiale et les persécutions dont ils étaient l’objet dans l’empire ottoman.

Cette petite communauté a conservé l’usage de l’araméen et le pape dira quelques mots dans ce qui était la langue de Jésus, à l’occasion d’une prière pour la paix en Syrie.

– ‘Valoriser les racines chrétiennes’ –

Le porte-parole du Vatican n’a pas donné de détails sur ce que pourrait être le message de paix du pape en Azerbaïdjan, où il est attendu dimanche.

Mais fin juin, juste après son voyage en Arménie, le souverain pontife avait appelé les pays du Sud-Caucase à « la ténacité et à des pas continuels » vers le règlement de leurs conflits.

Depuis des décennies, l’Arménie se dispute avec l’Azerbaïdjan voisin la région séparatiste du Nagorny Karabakh, peuplée d’une majorité d’Arméniens et théâtre de combats intenses en avril.

« J’ai accepté l’invitation à visiter ces pays (la Géorgie et l’Azerbaïdjan) pour deux raisons: valoriser les anciennes racines chrétiennes présentes sur ces terres –toujours dans un esprit de dialogue avec les autres religions et cultures– et encourager les espérances et les sentiers de la paix », avait-il déclaré.

« L’Histoire nous enseigne que le chemin de la paix requiert une grande ténacité et des pas continuels, en commençant par des petits pas et en les faisant croître progressivement, en allant à la rencontre l’un de l’autre », avait-il poursuivi.  

A Erevan, le pape avait appelé à une solution pacifique au conflit du Nagorny-Karabakh, alors que le Catholikos Karékine II, chef de l’Eglise apostolique arménienne accusait l’Azerbaïdjan de livrer à l’Arménie « une guerre qui ne dit pas son nom ».

Dimanche en Azerbaïdjan, le pape argentin aura l’occasion de rappeler cette nécessité de la paix à ses interlocuteurs, dont le président Ilham Aliev.

Il ira aussi à la rencontre de la toute petite communauté catholique: 570 personnes, dont seulement sept prêtres, sur plus de neuf millions d’habitants principalement musulmans.

Le pape François et le Catholicos patriarche orthodoxe de toute la Géorgie, Elie II, le 30 septembre 2016 à Tbilissi. © AFP

© AFP YURI KADOBNOV
Le pape François et le Catholicos patriarche orthodoxe de toute la Géorgie, Elie II, le 30 septembre 2016 à Tbilissi

ae6c23c93827669d7d2dc7396cd51771dd9988fd
Article précedent

Deux Van Gogh retrouvés chez un mafieux italien, 14 ans après le vol

8db0a6b80d87473603c46483eab8eefcd7d96baf-5
Article suivant

Alstom: "réunion de travail" mardi à Belfort

Aucun Commentaire

Laisser un commentaire


Dernières vidéos

PARTAGER

Le pape dans le Caucase sur le chemin de la paix